pub
Société

GHANA: Le tribunal d’Aflao ordonne l’expulsion des mendiants professionnels

Advertisement

Le tribunal d’Aflao, une ville frontalière avec Lomé, la capitale du Togo a ordonné la semaine dernière l’expulsion de cinq mendiants malvoyants d’origine nigériane qui ont été interceptés par les services d’immigration de la douane ghanéenne au point de contrôle de Sogakope. Les inculpés ont l’habitude de harceler les passants et les voyageurs pour l’aumône. Pour en finir avec eux et décourager d’éventuels mendiants, le tribunal a infligé à chacune des personnes arrêtés une amende de 12 Ghana cedis soit une somme d’environ 3500 F CFA et leur reconduite à la case départ.

Au Ghana, le phénomène de mendicité prend une allure inquiétante à tel enseigne que même ceux qui sont sensibles aux maux d’autrui commencent par s’énerver et à crier leurs ras-le-bol à chaque fois que des mendiants s’approchent de leurs véhicules pendant les heures de pointe ou s’accrochent à leurs mains au passage. Dans la région du Volta, ce phénomène n’est pas inconnu aux juges de la ville d’Aflao qui reçoivent régulièrement des plaintes des usagers de la route côtière internationale Abidjan-Lagos.

Et pour décourager ceux qui ont transformé la satisfaction de la demande d’aumône en une obligation, les douaniers ont arrêtés cinq mendiants professionnels qui sont Nura Kasum âgé de 70 ans, Sali Abdul Karim, 70 ans, Abdul Hamidu, 50 ans, Hamadou Rufia, 65 ans et Tasir Issaku 60 ans. Au moment de leur interpellation, ils étaient en compagnie de sept personnes, jeunes garçons, qui leur servaient de guide.

Interrogé sur la cause de leur mouvement au Ghana, les inculpés ont révélé qu’ils ont quitté la ville de Kano au Nigeria pour échapper aux conditions économiques difficiles qui compliquent la vie dans leur pays.

Eu égard aux harcèlements dont les mendiants professionnels tirent bénéfice, la Cour n’a pas jugé utile d’accorder du crédit à leur déposition. Après le prononcé du verdict, c’est-à-dire leur expulsion, la Cour a donc décidé de les confier aux services de la douane ghanéenne pour les reconduire dans leur pays de provenance, le Nigeria.

L’aumône qui est recommandée par certaine religion, est un don fait à une personne dans le besoin. Mais aujourd’hui, elle est passée de l’étape de faveur à l’étape d’une obligation car toute personne à qui la demande est faite, doit pouvoir satisfaire le demandeur au risque de se voir harceler. Or l’axe Abidjan-Lagos qui passe par Aflao est très emprunté par les voyageurs et les touristes. L’agissement des mendiants ne donnent plus une bonne image de la ville, d’où le bien fondée de cette décision judiciaire.

C.A.

Togoportail, toute l’information votre portée

Advertisement