pub
Politique

Election présidentielle au Sénégal : Le président Sénégalais Abdoulaye Wade se prononce sur sa candidature

Advertisement

Le Sénégal se prépare à des élections présidentielles. Le premier tour du scrutin est prévu pour le 26 février prochain. A quelques semaines de l’examen de sa candidature par le Conseil constitutionnel puis de l’ouverture de la campagne électorale, le président sénégalais, Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat, a reçu Laurent Correau de RFI et Marc Perelman de France 24.Togoportail vous propose la version scripturale de l’interview réalisée.

___________________________

RFI : Monsieur le président, nous sommes à environ un mois du démarrage de la campagne électorale au Sénégal. Des rumeurs ont couru sur votre état de santé. Et-ce que vous vous sentez prêt, personnellement, à affronter cette campagne ?

Abdoulaye Wade : Jugez vous-même. Je me sens très bien pour faire une bonne campagne électorale.

A la fin du mois de janvier, vingt-neuf jours avant le premier tour du scrutin, le Conseil constitutionnel aura à se prononcer sur la validité de votre candidature, une candidature qui continue à faire polémique ici au Sénégal. Que ferez-vous si le Conseil constitutionnel décide de l’invalider ?

A.W. : Parlons-en, de cette candidature. Depuis deux ans la stratégie de l’opposition a été : il faut tout faire pour que le président Wade ne se présente pas. C’est quand même paradoxal ! Nous sommes dans une république démocratique. Un citoyen a le droit de se présenter autant que la Constitution le lui permet ! Mais sachant parfaitement qu’ils ne peuvent pas faire le poids devant moi, ils ont tout fait pour que je ne me présente pas.

Je vous repose ma question, monsieur le président. Si le Conseil constitutionnel invalide votre candidature…

A.W. : Je respecterai la décision du Conseil constitutionnel. Ça ne me pose aucun problème ! J’ai suffisamment fait pour ce pays et pour l’Afrique. Si je dois me retirer, je me retirerai en beauté ! Seulement, le problème, c’est que j’ai le sentiment que j’ai encore une mission à terminer au Sénégal. Et je crois que c’est le sentiment de la majorité des Sénégalais. Je pars dans un combat sans rival pratiquement.

Donc vous pensez être réélu dès le premier tour ?

A.W. : Absolument ! Sans aucun problème ! Ils ne font pas le poids devant moi, quand même !

Il y a une autre personnalité qui s’est lancée très récemment. C’est Youssou N’Dour. Quelle est votre réaction à sa candidature ?

A.W. : Je lui souhaite beaucoup de chance. C’est tout ce que j’ai à dire.


Vous ne voulez pas en parler ?

A.W. : Non. Absolument pas.

Monsieur le président, dans vos vœux vous avez parlé de gouvernement de large union nationale. Est-ce que ça veut dire que si vous êtes réélu, comme vous l’espérez, vous allez gouverner différemment, et si oui comment ?

A.W. : Différemment non, parce que ma façon de gouverner a donné d’excellents résultats que tout le monde constate, tous ceux qui sont de bonne foi. Mais j’élargirai le gouvernement, j’élargirai la majorité. Pourquoi ? Parce que ces élections qui viennent, constituent un turning point dans l’histoire du Sénégal. Puisque tous les hommes politiques âgés, comme moi – ou l’opposition, parce que nous sommes de la même génération – tous ces gens de ma génération, vont être remplacés par les jeunes générations, dans leur même parti. Alors qu’est-ce que je vais faire ? Je vais préparer la même génération dans mon parti, à disputer le pouvoir je ne sais pas quand, mais ces élections vont se dérouler entre des Sénégalais de la même génération, du pouvoir et de l’opposition. Les dinosaures comme eux et moi, nous serons en dehors du système politique. Il se trouve que ma mission aujourd’hui, c’est de préparer une alternance générationnelle.

Une question sur la Casamance, monsieur le président : on a assisté ces dernières semaines, à une recrudescence des attaques sur des positions militaires par le MFDC. Si vous êtes réélu, qu’est-ce que vous proposez pour résoudre cette crise de la Casamance ?

A.W. : Je vais vous dire une chose. J’avais dit à l’époque qu’il y en avait pour quelques mois, pour résoudre le problème. Je le croyais. Malheureusement, ça n’a pas été le cas, parce que il y a toujours Salif Sadio, qui était soutenu par Laurent Gbagbo, parce qu’il est parti en Côte d’Ivoire. Il a séjourné là-bas deux ou trois fois, financé, armé. Et c’est lui qui nous cause le plus de problèmes aujourd’hui. Si je suis réélu, je vais m’efforcer véritablement de résoudre la question. Il est hors de question d’internationaliser ce conflit qui est un conflit local, national. Mais je connais les gens de Sant’Egidio et j’ai demandé qu’ils viennent pour être des facilitateurs, en quelque sorte, entre le gouvernement du Sénégal et la tendance de Salif Sadio, pour qu’on arrive à régler cette question.

Laurent Gbagbo est aujourd’hui devant la Cour pénale internationale à La Haye. Quelle impression cela vous fait, quand vous voyez cette image de Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale en Europe ?

A.W. : Laurent Gbagbo a cultivé la violence. Je ne sais pas si vous vous rappelez, il y a quelques années, il y a eu beaucoup d’exactions contre les Burkinabè, les Burkinabè qui font au moins 30 % de la population de la Côte d’Ivoire. Il s’est lancé dans la violence. Battu aux élections, il a refusé d’obtempérer, avec tout ce que ça a entraîné. Maintenant, il est poursuivi par une juridiction internationale. Par conséquent, il faut laisser cette juridiction poursuivre son travail.

Justement, Monsieur le président, en janvier l’Union africaine aura à se pencher à nouveau sur le dossier Hissène Habré. Vous savez qu’il y a deux solutions, actuellement envisagées : l’extradition vers la Belgique, un éventuel départ vers le Rwanda. Quelle est selon vous la meilleure solution?

A.W. : La cour d’appel de Dakar est actuellement saisie d’une demande de la Belgique. Et incessamment, elle va transférer la question. Et très probablement, Hissène Habré va être renvoyé en Belgique. Je ne l’aurais pas fait avant, si je n’avais pas l’aval de l’Union africaine. Mais l’Union africaine nous dit, me dit, que c’est une possibilité. Et donc si la cour d’appel décide de l’extrader, je l’extraderai.

Donc juste en deux mots : vous êtes prêt, si les formes sont respectées, à ce qu’il aille en Belgique ?

A.W. : Absolument, parce que je suis couvert par l’Union africaine.

Source: www.rfi.fr

Advertisement