pub
Société

Couacs éprouvants dans le secteur Internet au Togo

Advertisement

Suite à un incendie qui a détérioré une bonne partie des équipements et installations de l’opérateur public béninois, fournisseur de la bande passante à Togo Télécom, l’accès à Internet connaît des perturbations ces derniers jours.

Un précédent incident suite au dégât causé par un navire dont l’ancre avait sectionné le câble sous-marin à fibre optique aux larges des côtes béninoises avait déjà éprouvé les services d’accès Internet au Togo. Cela fait la seconde fois que surviennent de telles perturbations en moins de 10 mois.

D’où l’impérieuse nécessité pour le Togo de passer à WACS qui est en fait, le fruit d’un consortium composé de 12 partenaires dont Togo Telecom, Portugal Telecom, Tata Communications ou Vodacom.

Un chantier nécessitant un investissement de 650 millions de dollars, et dont l’aboutissement permettra de disposer d’un câble de 14.000km reliant l’Afrique du Sud à la Grande Bretagne et offrant à de nombreux pays africains, dont le Togo, de jouir de puissantes capacités permettant de proposer l’accès à internet et autres services Internet très haut débit.

Pour le moment Togo Telecom dépend de ses voisins, en termes d’acquisition de connexions Internet. Ce qui entraine la hausse de tarif des services Internet au Togo relativement au tarif pratiqué dans ces pays voisins.

Face à cette défaillance du service Internet de ces derniers jours, le directeur général de Togo Telecom, Sam Bikassam situe la clientèle de la société que «Le Togo a pris des dispositions pour retrouver toute son autonomie. Nous venons de récupérer 3/5 de notre capacité, mais comme il y a une forte demande, les connexions sont encore lentes. Tout devrait rentrer dans l’ordre dans quelques jours».

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement