pub
Politique

OBUTS se retire des travaux du CPDC « rénové »

Advertisement

Le président national du parti politique Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) M .Agbeyomé Kodjo a organisé jeudi 22 décembre 2011 une conférence de presse de fin d’année au cours de la quelle il a effectué un bilan de l’année 2011 tant sur le plan national qu’international. OBUTS peint en noir les conditions de vie des togolais et invite le gouvernement à la discipline ou à rendre le tablier. Il a également profité de la présence des professionnels de médias togolais et international pour annoncer le retrait de son parti du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC rénové).

OBUTS, après 4 mois de participation des travaux du CPDC rénové vient de quitter la table de discussion. Le président du parti estime que ce cadre dit rénové constitue une « véritable escroquerie politique ».Il a également indiqué que « le pouvoir a manqué de volonté et d’audace pour entreprendre les reformes politiques nécessaires à la décrispation des tensions politiques et sociales dans le pays. »

En dehors de l’ information portée à la connaissance du public, le président national d’ OBUTS a fait le tour des faits qui ont le plus marqué l’année 2011. Il est revenu les conditions de vie misérable de la population togolaise. En effet M . Kodjo dénonce la cherté de la vie à laquelle le gouvernement répond par du « dilatoire et l’imposture » . Ce « mépris de la détresse de la population » justifierait entre autres, le mécontentement des jeunes élèves et étudiants ces derniers temps. Ces révoltes selon le président national, ne sont que « le premier round de mécontentement de la jeunesse togolaise… »
La question des droits de l’homme n’aura pas échappé le premier responsable d’ OBUTS . Epousant parfaitement le dernier rapport de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme LTDH, il dénonce les « tentatives de musèlement de la presse », l’inaction du gouvernement face aux meurtres en série créant la panique au sein de la population et les dérives de la justice togolaise.

Dans sa déclaration M. Agbeyomé a estimé que la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) de Mgr Barrigah-Benissan aura échoué à sa mission de réconcilier les togolais. Il justifie ses propos par la volonté de la commission de faire abstraction « des crimes de 2005 ».

Le bilan du parti OBUTS prendra fin par des recommandations : « Faure Gnassingbé doit donc sans délai aller dans le sens des légitimes aspirations de respect de la souveraineté du peuple et de démocratie directe, de justice, de vérité des comptes publics et des urnes de même que de prospérité partagée de toutes les filles et de tous les fils du Togo tout entier, ou à défaut rendre le tablier dans l’intérêt de la paix sociale et de la cohésion nationale.

Roger ADZAFO

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement