pub
Médias

Mercredi à la Une de Le Libéral : Le chemin de croix de l’ANC ne fait que commencer!!!

Advertisement

Fabre a encore du chemin à faire

Le dimanche 18 décembre 2011, une délégation du bureau national de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) conduite par Jean Pierre Fabre, le président national du parti, était à Kara dans le cadre d’une tournée de sensibilisation et d’information. Après les étapes de Sokodé et Dapaong, la ville de Kara a été retenue pour la boucle finale.

L’ANC essaie ainsi de mettre à profit les récents évènements pour infiltrer Kara, la citadelle réputée imprenable du du RPT.
Sur ce terrain, les hommes du parti orange ont visiblement du chemin à faire.

La mobilisation a été très faible. Faut-il l’attribuer à un manque d’intérêt politique ou tout simplement à la foire commerciale qui bat son plein dans la Kozah. Au total pas plus de cinq cent personnes selon diverses sources, ont fait le déplacement du Terrain Patascom en plein centre ville de Kara pour aller écouter la délégation de l’ANC.

Autour de la centaine de militants et sympathisants de l’ANC réunis au sein d’une fédération locale née, selon son président M. TCHAZIM Essohouna, il y a près d’un an, il y avait quelques curieux et enfants du quartiers. La manif, elle était bien gérée sous l’œil bienveillant d’une demi dizaine de policiers. Après le mot de bienvenu des responsables locaux de la fédération de la Kozah, Eric Dupuy, Secrétaire national à la communication a présenté la délégation venue de Lomé. Ensuite la parole a été donnée à NAPO Tchin, un professeur de l’Université de Kara, présenté comme le représentant du FRAC à Kara et qui a été ovationné par ses quelques étudiants mobilisés comme membres de la fédération de l’ANC Kozah.

Et quand Jean Pierre Fabre a pris la parole, il a servi à sa manière le récit de la scission de l’UFC et de la naissance de l’ANC après qu’il ait tenté de justifier son arrivée tardive à Kara par divers obstacles qui auraient été dressés sur son passage depuis 1998 à l’époque UFC. Le président national de l’ANC décrira sans trop convaincre sa « victoire » à la présidentielle de mars 2010 ainsi que celle des neuf députés démissionnaires de l’assemblée nationale dont il fait partie.

Après avoir présenté un tableau assez sombre et très irréaliste de la situation économique et sociopolitique du Togo il a martelé qu’il était solidaire de la cause estudiantine avant de boucler par son souhait que l’assistance soutienne le bureau fédéral de l’ANC à Kara parce que ce ne serait pas particulièrement facile à Kara.

Le meeting qui a démarré avec plus de deux heures de retard s’est précipitamment achevé sans que l’assistance qui brûlait d’envie de poser des questions à Jean Pierre Fabre, n’ait cette chance.

Fabre et compagnie leur ont donné rendez-vous pour leurs questions dans neuf mois lors de la campagne pour les législatives de 2012. Pour une sortie qui aurait pu profiter des dernières manifestations violentes des étudiants pour ébranler le pouvoir dans son fief, c’est totalement raté. L’ANC est encore loin de vider les rivières de la Kozah.

Source : Le Libéral n° 51 du 21 décembre 2011

Lire les autres articles de la publication en téléchargeant le document joint :

liberal_051_site.pdf

Advertisement