pub
Environnement

Les togolais participent à la conférence de Duban par visioconférence

Advertisement

Scientifiques, décideurs, et organisations e la société civile participent du 28 novembre au 09 décembre 2011 à la Conférence des Parties (COP) à Durban (Afrique du Sud). Le Togo répond à ce rendez –vous avec une forte délégation (acteurs de développement, parlementaire…)Plusieurs questions concernant le changement climatique sont à l’ordre du jours. Après 4 jours de travaux, l’ONG Jeune Volontaire pour L’environnement (JVE) a souhaité faire participer d’autres acteurs togolais n’ayant pas effectué le déplacement à travers une visioconférence. C’était le vendredi 02décembre au Campus Numérique Francophone de Lomé.

Le but de la visioconférence de ce vendredi 02 décembre est selon M. Crédo Ezé Komigan, chargé de des représentations nationales à JVE, de « faire partager avec la population togolaise, celle qui n’a pas pu effectuer le déplacement sur Durban, d’être au parfum de ce qui s’y passe. Ils ont ainsi eu l’occasion de faire eux aussi leur petite contribution depuis le Togo ».

Notons que depuis l’arrivée à terme du protocole de Kyoto qui n’a d’ailleurs pas donné les fruits escomptés, les pays en voie de développement qui subissent de plein fouet les conséquences dramatiques du changement climatique s’interrogent sur l’avenir. En effet les organisations de la société civile africaine présentes à Durban plaident pour un protocole de Kyoto 2 « sincère ».
Cependant il faut relever la réticence des pays grands pollueurs à participer effectivement à ce projet salvateur.

C’est d’ailleurs ce qui explique le mécontentement de certains participants à la visioconférence. En effet ils s’interrogent sur la bonne foi des pays occidentaux en cas de signature d’un protocole de Kyoto 2. Un participant depuis le Togo a d’ailleurs souhaité que les organisations de la société civile présentes à Durban plient baguages.
Rappelons que dans ses explications, le prof. Edjame Isidore a indiqué que c’est aux pays africains de protéger leur environnement . Il ne croit pas que les occidentaux feront grande chose pour l’Afrique dans ce domaine. Cet avis largement partagé par Sénam Alouka et ses invités depuis Durban.

Roger ADZAFO

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement