pub
Education

Les mobiles du soulèvement au Lycée d’Enseignement Technique de Lomé

Advertisement

Le lycée technique d’Adidogomé a connu début décembre une succession de manifestations conduites par les élèves dudit lycée auxquels se sont associés ceux des établissements publics et privés environnants. Ce genre de mouvement qui a secoué le monde scolaire et dont le clou a été celui du 13 décembre, s’était aussi déroulé dans de nombreuses localités à l’intérieur du pays. Togoportail s’étant dépêché sur les lieux a recueilli l’avis d’un enseignant sur les causes des évènements.

Vos élèves se sont soulevés ce matin et il y a eu des échauffourées, avec l’intervention des forces de l’ordre. Que voulaient exprimer les apprenants?

Les 5 et 6 décembre, les enseignants ont lancé un mot d’ordre de grève d’avertissement suite aux revendications qu’ils ont déposées au ministère de tutelle depuis juillet-août 2011. Le 7 décembre, nous avons repris les cours. Voyant que le gouvernement n’a pris aucune disposition et que même au conseil des ministres, personne n’a semblé être préoccupée par nos revendications, notre syndicat a jugé opportun de reprendre la grève. Le syndicat avait aussi décidé que les cours que nous n’avons pas dispensés durant les deux jours de grève d’avertissement devaient être considérés comme faits. Les 12 et 13 décembre, les enseignants qui étaient devant les élèves les ont ainsi mis au courant de la décision. Après la pause de 10h, moi je faisais cours au premier étage lorsque j’ai entendu des bruits en bas. Je voulais sortir mais c’était impossible, les élèves m’en ont empêché. Ils nous ont ainsi séquestrés. Il a fallu l’intervention de certains de leurs camarades pour qu’ils nous libèrent. Quelques temps après, ils étaient sortis dans la cour en réclamant que les professeurs reviennent leur faire les cours en attente.

Les élèves sont très perdants, parce que ne bénéficiant pas de ces cours non dispensés…

Les deux jours de revendication ont effectivement pesé sur les élèves. Ce qui a fait qu’ils ont senti le bienfondé de ce que leurs enseignants réclamaient.

Voulez-vous dire que les élèves se sont soulevés pour soutenir vos revendications?

Bien sûr! Ils savaient que si nos revendications étaient satisfaites, nous pourrions nous rattraper dans les matières concernées.
La journée de ce 13 décembre a été vraiment dure avec la présence des forces de l’ordre. Effectivement. Quand les élèves sont sortis des classes, ils ont d’abord manifesté dans l’enceinte du lycée technique en exigeant le retour des enseignants dans les classes. Ensuite, ils ont pris la rue et ils se sont dirigés vers les autres établissements, à savoir le lycée moderne d’Adidogomé et le CEG d’Adidogomé pour faire sortir leurs camarades. Ils ont même été dans certaines écoles privées environnantes. Les élèves de tous ces établissements les ont ainsi rejoints dans la manifestation. Après, ils ont pris la route d’Atikoumé pour aller au ministère. C’est alors que les forces de l’ordre ont arrêté le mouvement aux environs d’Avé-Maria.

On dit que les enseignants auraient manipulé les élèves pour profiter de leur nombre et faire pression sur le gouvernement, parce que ce dernier n’accorderait aucune attention à vos revendications.

Les élèves ont pris leur responsabilité. Après tout, c’est leur avenir qui est hypothéqué. Si les enseignants décidaient aujourd’hui de faire une grève illimitée, qu’adviendrait-t-il de l’éducation et de la jeunesse? Ils n’auront pas une bonne formation. Même si après, on reprenait les cours, la transmission de cette année ne serait pas efficace. Les élèves, sentant leur avenir hypothéqué et leurs formations bâclées, sont sortis dans la rue pour exprimer leur mécontentement et je crois que c’est normal. C’est tout ce qu’ils peuvent faire pour exprimer leur ras-le-bol face au silence.

Un mot à l’endroit de vos élèves.

Rien de spécial. Chacun prend désormais ses responsabilités. Si nous leur demandions par exemple de ne pas manifester, ils rétorqueraient que nous aussi nous n’avons qu’à reprendre les cours.

Interview réalisée par Joseph

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement