pub
Société

Les fêtes de fin d’année, un moment qui bascule les couples de la capitale

Advertisement

Il faut ne pas connaître Lomé pour ignorer l’engouement de la population de cette ville pour les fêtes de fin d’année. Pour ne rien rater chacun met le paquet pour s’assurer une fête hors paire. Aller en boite de nuit, à la plage, organiser des fêtes entre amis, être à la page à l’église telles sont entre autres, les principales activités qui occupent la jeunesse pendant cette période. Les relations amoureuses entre jeunes connaissent de vives secousses en ce moment. Qu’est ce qui justifie cette situation ? La rédaction de togoportail.net vous propose une enquête sur l’ambiance qui règne dans les couples de jeunes à quelques jours de début de la nouvelle année.

Le mois de décembre démontre une fois encore la fertilité des imaginations des jeunes filles de la capitale togolaise. Pour se faire de l’argent et assurer leur besoin pour la plupart vestimentaire pendant cette période, il n’est pas rare de voir des filles multiplier des célébrations d’anniversaires de naissance dans ce même mois de décembre. «Les gars n’aiment pas plus régler mes longues factures, mais pour mon anniversaire, ils sont prêts à débourser assez d’argents pour me faire plaisir», nous a expliqué Angèle, étudiante en Faculté de Gestion à l’Université de Kara.

Les plus astucieuses vont jusqu’à inventer des grossesses fictives qu’elles avortent à volonté. «Ma copine est devenue subitement gentille depuis quelques jours. Elle prépare et m’invite à manger sans me demander de participer aux charges. Heureusement, mes amis m’ont averti de son intention. Elle voulait me présenter la facture de ses dépenses pour les fêtes de fin d’année après un repas».

Si les filles se croient si malignes, c’est sans compter avec la ruse de ces garçons qui sont tous devenus des Harpagons avec la vie chère du pays. Pour échapper aux dépenses faramineuses des buvettes et restaurants et super marchés, les jeunes hommes inventent des empêchements de la dernière minute. «L’année passée j’ai prévu invité ma copine à la crèmerie de mon quartier pour lui faire plaisir. A quelques heures du rendez-vous, elle m’appelle pour m’informer qu’elle m’attend dans un restaurant de la ville avec deux copines. Conseillé par mes amis j’ai dû inventer un mal atroce de ventre pour échapper de justesse à ce piège», nous a confié Rachid, un musulman qui ne rate pour rien au monde l’occasion de célébrer les fêtes de Noël et du nouvel an.

Les jeunes qui ont plusieurs partenaires se retrouvent avec des équations à multiples inconnus à résoudre. Avec qui passer le réveillon? Que faire pour ne pas se faire repérer par les autres partenaires. Cette situation, il faut le rappeler se retrouve tant chez les jeunes filles que les garçons. Un gérant de buvette interrogé sur la question nous raconte : « Ce n’est pas rare de voire des filles se déchirer les vêtements dans ce bar les 24 et 31 décembre. Un Jeune a même perdu connaissance après avoir reçu une bouteille à la tête de la par d’une de ses multiples partenaires…».

Rappelons que les adolescents qui nécessitent une autorisation préalable avant de sortir, se cachent derrière les fameux «minuits chrétiens». Ces périodes de fête n’emballent pas que les jeunes. On assiste au foisonnement des buvettes. Certains ne se gênent pas en transformant leur garage en bar. Même les religieux profitent de ces occasions pour augmenter les recettes des quêtes, mais nous aborderons ce sujet dans le second volet de notre parution.

Roger Adzafo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement