pub
Politique

Interview exclusive avec Abass Kaboua, Président de MRC

Advertisement

Les Universités publiques du Togo toujours fermées, Abass kaboua appelle le Chef de l’Etat à prendre le dossier des Etudiants en main et demande la démission du premier Ministre Gilbert Houngbo. Le mouvement des Républicains centristes se prépare pour les législatives et les éventuelles locales de 2012. « Nous y travaillons sérieusement depuis» souligne son Président Abass Kaboua. Ce dernier avec qui Togoportail a fait le tour de l’actualité. Il demande au Président de la République Faure Gnassingbé de s’approprier le dossier des Etudiants.

Togoportail : Monsieur le Président bonjour

Abass Kaboua : Bonjour

Monsieur le Président première question, comment va le MRC, votre parti politique?

Abass Kaboua : Nous, nous allons bien au MRC. Sauf que le MRC a les mêmes problèmes que les autres partis politiques, problème de financement. Mais nous nous débrouillons.

Monsieur le Président, 2012 s’annonce un peu décisive pour le Togo avec les élections législatives et locales probablement, est-ce aussi décisive pour le MRC ?

Abass Kaboua : Les rumeurs nous disent que ce sera des élections couplées. Si c’en est le cas, ce sera une bonne chose car ça sera une dépense unique.

Si n’est pas un secret de polichinelle, est-ce que vous êtes déjà en précampagne Abass Kabou ?

Abass Kaboua : Depuis plus de 4 ans. Nous nous tournons, il faut pas attendre la veille des élections avant de s’engager. Nous y travaillons beaucoup.

Monsieur le Président, si on parlait des étudiants…. Puisque les deux universités publiques du Togo restent fermées jusqu’à maintenant, votre réaction de politicien…

Abass Kaboua : Ce sont des signes qui n’augurent pas bonne chose. Vous savez, le Togo revient de loin. Le Togo a de sérieux problèmes. Mais en même temps, quand on regarde le train de vie de certains qui occultent la pauvreté des autres, je dis qu’il y a problème. Quand je vois Kara qui est la base ou qui est le fief du RPT et des Gnassingbé, se soulever contre le Président de la République, il faut noter qu’il y a un profond malaise. Tout est lié, c’est la pauvreté. Un enfant qui a eu le BAC à Kara ou à Bassar, n’a pas les mêmes contraintes que celui qui l’a obtenu à Lomé ou à Tsévié. On a de graves problèmes sociaux. Ce n’est pas à aller remettre 20 Milliards à un Blanc, on ne sait d’où il vient, pour venir nous mettre la Télévision Togolaise sur Satellite. Nous avons mené notre enquête. Ce Blanc s’est présenté comme le Directeur de la Société Générale d’Afrique. Nous sommes allés sur le net, nous n’avons rien trouvé par rapport à ce Blanc. C’est très grave et triste. Il faut vraiment travailler pour relever le pays et non faire du business. Il faut pas détruire ce que les gens ont construit. Moi je ris quand on me dit que le Premier Houngbo a fait PNUD. PNUD, c’est quoi. Il y a des gens qui n’ont pas fait le PNUD mais qui ont été très efficaces comme Edem Kodjo et Agbéyome Kodjo. Si vous prenez la crise des Etudiants, c’est lui qui avait le dossier en main, finalement il s’est fait éclipsé par ses ministres. Un Monsieur comme ça, il faut l’enlever. Il est incapable.

Les Etudiants veulent joindre leurs parents aux manifestations futures, est-ce que ce ne sera un plus difficile au pouvoir à gérer ?

Abass kaboua : Le Président à tout intérêt à prendre en main ce dossier. Lui-même a fait l’université. Il est conscient que les enfants n’inventent rien. Que Faure Gnassingbé discute avec les Etudiants pour voir ce qui est faisable ou pas. De plus, on peut sortir un décrét comme ça et commencer par l’appliquer automatiquement. Il faut une transition. Bref que Faure s’approprie lui-même le dossier. Il est là pourquoi ? il est là pour nous tous.

Monsieur le Président Gilchrist Olympio l’ex-opposant historique au régime Eyadéma dont le parti a signé un accord avec le RPT parti au pouvoir traite du problème des étudiants avec le Chef de l’Etat, est-ce que les étudiants pourraient s’attendre à une issue heureuse ?

Abass Kaboua : il discute de quoi ? il faut que les gens arrêtent d’amuser la galerie. Il avait un programme non quand il voulait être président de la République ? Pourquoi n’a-t-il pas demandé à son ami d’intégrer son programme à son accord? Il faut pas faire du surplace. Aujourd’hui, il faut des décisions pragmatiques. Est-ce qu’il y a un problème de pauvreté? Oui. Comment il faut le gérer? Est-ce que les enfants soient habitués aux aides de l’Etat? oui ? Est-ce qu’il faut le couper de façon brutale ? Autant de questions qu’il faut se poser avant de prendre des décisions. Tout revient au dialogue? il faut dialoguer. Vous ne pouvez pas régler le problèmes des étudiants avec des gaz lacrymogènes et des bâtons.

Le SMIG revalorisé aujourd’hui. Il sera désormais à 35 000 FCFA à partir du mois de Janvier 2012. Bonne nouvelle pour les travailleurs Togolais M. le Président ?

Abass Kaboua : Si on était sur une télévision, les gens allaient voir mon sourire(il sourit..) Firmin, cela fait combien d’années que le Gouvernement avait revalorisé le SMIG à 28 000 CFA et que personne n’a touché cela ? J’attends que la revalorisation de 2008 soit effective d’abord avant que l’on ne parle de 35 000 FCFA puisque mon salaire aussi doit augmenter parce que je suis un fonctionnaire aussi. C’est toute la grille qu’on revalorise, c’est tous les salaires du Togo. J’attends que ça soit effectif. Moi je ris. quand cela sera effectif, je vous invite. On va manger un poulet(….avec sourire…).

M. Kaboua, vous ne participez pas aux travaux du CPDC, mais est-ce que vous leur jetez des fleurs pour ce qu’ils font c’est-à-dire les propositions relatives à la limitation du mandat présidentiel, le choix du régime Présidentiel ou c’est purement le contraire à votre niveau ?

Abass Kaboua : Au MRC, on sait le CPDC, cadre permanent de dialogue et de concertation n’a pas l’adhésion qu’il fallait avoir parce qu’on a pris, des copains, des amis qui ne représentent rien dans le pays pour aller siéger là-bas. Ça veut dire que celui qui les a envoyés là-bas les a envoyés pour une mission déterminée. Le MRC a toujours proposé qu’on retourne à la Constitution de 1992. C’est vrai, s’il y a des imperfections, on va les corriger par le biais de l’Assemblée nationale. Le CPDC devrait être considéré comme un organe consultatif pour que nous qui sommes pas représentatifs à l’Assemblée puissions nous retrouver pour discuter un peu de l’état de la Nation. Mais ce n’es pas ça. Ce qui se passe là-bas, c’est la cacophonie. Et puis on a l’impression que le Régime veut gagner du temps. Bref heureusement que le CPDC a pris le devant pour parler de la limitation du mandat si non le pays allait exploser. On ne veut plus de président qui fera plus de deux mandats.

Politique internationale avec Cote d’Ivoire, le Président Gbagbo à la CPI, certains juristes estiment que son extradition n’a pas été faite dans la légalité.

Abass Kaboua : sur quoi se basent-ils ? Hier quand ils mangeaient avec Gbagbo, est-ce qu’ils l’ont conseillé ? Gbagbo s’est comporté comme un marchand de pain. Il aurait pu limiter les dégâts. Il va être inculpé l’année prochaine. S’il ne reconnait pas les faits qui lui sont reprochés, il va dévoiler le nom des militaires et autres qui ont rallié l’autre camp. C’est une bonne chose pour le continent. Ceux qui ont peur de la CPI, ils ont peur pourquoi ? ceux qui préconisent la création d’une cour africaine, si on peut la créer et la laisser faire son travail, c’est une bonne chose. Mais si c’est pour la mettre dans la situation de l’Union Africaine, cela ne vaut pas la peine. Ils souhaitent créer une cour pour faire plaisir aux chefs d’Etat. Parce qu’ils ont peur qu’on les ligote , on va les ligoter tous.

Monsieur le Président , nous arrivons pratiquement à la fin de notre entretien, quelques mots pour conclure

Abass Kaboua : Juste vous souhaiter et à Tous les Togolais Joyeux Noèl et Bonne année 2012. Et surtout bonne continuation et prospérité à toute l’équipe de Togoportail dont je salue les efforts.

Monsieur le Président merci

Interview réalisée par Firmin Teko-Agbo

Advertisement