pub
Développement

Patriotes Chatoyants Togolais : Les défis ciblés par les Loménardes pour le développement durable au Togo

Advertisement

La Loménarde, un concept original et tout nouveau qui se conçoit comme une plateforme reflétant un leadership innovant, intervient dans divers domaines, notamment le social, la politique, l’économie et l’écologie. Une nouvelle manière d’agir, c’est-à-dire, donner une visibilité aux femmes dans tous ces aspects de la vie. Des reflexions partagées sont menées au sein de la plateforme pour aborder sous divers angles et approches symptomatiques des questions liées au dévelopement du Togo. Le présent article fait échos de l’une de ces réflexions et elle est signée de la Loménarde, Victoria Gisèle Magbo.

« Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre des leurs». (Définition du rapport Brundtland, 1987)

Rien ne se passe au Togo qui nous réjouit. Rien ne se forme au Togo pour une longue vie. Alors pour le nouveau parti Politique ATE, les Loménardes lui souhaitent une bonne longue vie durable. Une vie qui rendra les nôtres pleine de bonnes choses. Qu’il soit le début d’une action qui engendrera une réponse durable aux problèmes environnementaux du Togo.

L’objectif premier des Loménardes est de semer dans toutes les artères du corps national Togolais, de l’économie.

La deuxième est de faire de sa nature un confortable paradis verdoyant, écologiquement bien ancré dans ses nerfs. Les loménardes ont conscience qu’elles doivent considérer le développement durable comme un processus d’amélioration continu et non pas juste comme un objectif à atteindre. Nous n’en sommes pas encore au ramassage des déchets, nous ne voulons pas encore en faire notre souci et motivation. Mais chers patriotes qui pensaient encore hier qu’ils ne sont pas concernés, vous voilà face à un parti sorti magiquement avec une main brune de femmes dans un arbre généalogique. Alors, les problèmes doivent être mis sérieusement sur la table, dont la gestion des déchets pour s’occuper des problèmes engendrés par leur accumulation. Ces déchets représentent d’abord un risque sanitaire, puis énergétique et enfin environnemental. L’accumulation des déchets engendre la dégradation du cadre de vie causée par une nuisance visuelle et olfactive.

Les Loménardes demandent à toute la population togolaise, de prendre en compte la dégradation de la nature et surtout la nôtre. De ces lieux qui étaient enviables par ces passagers étrangers quand nous n’étions encore que des enfants. Ensembles travaillons afin de préserver notre environnement de vie tout en recherchant une efficacité économique.

Nous ne sommes jamais aussi forts que lorsque nous sommes ensembles. Et nous serons encore plus sains, propres et cohérents dans toutes nos actions, en acceptant de contribuer à l’évolution de ce parti politique qui vise la longévité de la planète mère, la santé dans un environnement confortable. Une idéale nature pour nous !

Si nous voulons faire du Togo, une nation d’une efficacité redoutable quand à la gestion de la crise politique, nous devons avoir la volonté d’en découdre avec les politiques menées des décennies durant par les anciens partis du plus petit au Faure qui semble inébranlable, avec des actions dignes de noms de Cathédrales.

Il faut que cette alliance contre la misère sociale donne plus de vie, d’humanité et de joie. Pour cela, les citoyens doivent s’impliquer. Et ceux de tout bord. La jeunesse doit avoir une émouvante solidarité pour rappeler aux bons soins d’un mot, d’un seul qui sera gravé dans les cerveaux et murs: FRATERNITÉ!

Les Loménardes, demandent alors aux anciens partis indolores et inefficaces au bas de leur stratégie, des gestes forts dans ce domaine écologique qui visera la mobilisation de la république togolaise contre la dégradation de nos lieux et sous-lieux.

Si nous n’arrivons pas encore à être sain politiquement, faisons de sorte à l’être au moins naturellement en faisant de notre environnement des lieux qui diront de nous, que nous ne sommes peut-être pas encore à être vus internationalement comme un Etat de Succès, mais comme des HOMMES DE CLARTES qui pensent et veulent changer les coups naturels misérables de la planète terre qui tremble, se noie, s’échauffe de plus en plus.

Car nous avons une mer qui peut tout dévaster et emporter toute notre vie, une montagne qui peut s’éclater, saccager notre vie et mettre en fumée toute une population. Faisons des efforts pour éviter d’autres misères qui nous arrivent à Haïti, Japon et qui font envoler Faure Gnassingbé à leur secours.

Voilà des années que nous sommes partis du Togo. Certains d’entre nous n’arrivent pas à parler de leur vie d’expatriés, de fuyards de misère, alors ils parlent faure politique, d’autres de conneries, et certains de leurs aventures hiérosolymitaines (quel mot étrange).

Mais j’invite alors tous les Togolais de la diaspora à partager ses observations, dire à quel point ils aiment ce continent propre dans lequel ils vivent, à quel point ils ont l’impression d’avoir toujours vécu ici au final en faisant comme les propriétaires de leurs appartements, studios, maisons, rues. A quel point ils sont contents de prendre des photos dans les parcs, sur des gazons bien verts, dans des rues propres et bien décorées. A quel point ils recyclent les ordures. Nous avons donc un devoir envers ceux qui sont restés chez nous, qui passera tout d’abord par la SENSIBILISATION. Se sentir bien là où l’on vit, passe par la conquête de notre lieu de vie et de ses projets. Ce sentiment d’adhésion est essentiel à la compréhension des enjeux de développement dont rêvent les Loménardes pour le Togo.

Quand je me suis assise pour écrire, une seule chose a trouvé son chemin de mes doigts à la page blanche : Ces gens qui peuplaient mon quotidien togolais ou qui l’ont peuplé pendant longtemps sont ceux à qui j’ai envie de parler de l’écologie. Ces gens qui me manquent tellement dont je regarde chaque jour leurs photos dans mes albums fétiches. Je ne m’en approche pas pour l’ouvrir et regarder leurs images, mais pour nourrir les souvenirs, pour me rassurer qu’ils existent bien et encore. Qu’ils sont là dans un pays trop en retard. Les visages ont grandi, les peaux se vieillissent mais rien ne change dans leur quotidien, aucun n’arbre ne pousse sur le chemin de leur destin.

Alors, je les exhorte à se lever pour le Togo, animés d’une force, d’une énergie Solaire pour la création de savoir faire nouveaux indispensables à l’essor du développement de notre pays avec un urbanisme durable, accueillant, verdoyant en gros pour l’Idéale Nature!

Laisser autant d’importance aux divers égos et se dire que ce n’est pas à nous de faire de nature républicaine une nation dans une nature durable et conviviale de demain, c’est accepter le règne d’une autre forme de dictature à qui vous donnerez vous-même naissance. Je refuse de voir le Togo sombrer dans l’obscurantisme et l’égocentrisme fondés sur la haine et la désunion. De quelle sensibilité politique vous êtes, m’indiffère, tant que ce n’est pas pour vous détruire vous-mêmes.

Mais je vous en supplie, en Europe, dans le monde et au Togo. Allez contre la dégradation de la terre et semons dans nos lieux ce qui nous apportera La Vie.

La Terre ne s’est pas libérée du joug du Feu et de l’Eau pour nous faire de la place, puis pour tomber en commençant par trembler de trop, par s’étouffer et se détruire à cause des besoins exagérés et l’égocentrisme des humains. Je me refuse à le croire et à l’imaginer.

Je me refuse à croire que ce serait comme si tous les politiques, les savants, les apprentis savants d’aujourd’hui, et surtout les citoyens de mon pays sont que des fabuleux ignorants. Je me refuse à donner raison aux occidentaux. Je me refuse à vous donner raison, vous qui pensez toujours que Redresser le Togo sans passer par la le massacre des démons du RPT est un Mythe. Car moi je vous dis que la vôtre, votre pensée alors ne peut qu’être la légende des insensés remplis de mots forts de bons paroliers.

Alors que vous qui aimez tant le changement, changer la couleur de vos mains en devenant de franc constructeur de la Nation Togolaise ne serait ce que pour apporter un peu plus de santé, de propreté et des conseils de préventions pour la survie de la planète terre !

Ne laissez pas germer un tel parti politique au Togo à la veille des législations en disant simplement que c’est du Vert, qu’il fera partie de ces autres partis appelés RIEN. Intéressons nous à sa cause, ses stratégies, asseyons nous avec eux à table demandons leurs de nous dire ce qu’ils feront de notre terre, de notre mer. Exigeons de lui son cahier de charges afin d’évaluer son réel intérêt à cette problématique.

Demandons leurs ce qu’ils feront avec le vent qui souffle dans notre pays. Poussons-les à bout pour qu’ils fassent de notre Nation celle que nous voulons. Corrigeons les, nous qui savons ce dont ils parlent. Demandons la mise en place d’un dispositif de suivi des actions mises en œuvre. Valoriser les initiatives, les capitaliser, les faire partager sera essentiel.

J’invite Jean-Pierre Fabre, Faure Gnassingbé – les deux enfants politiques de nos vieux partis qui ont fait de notre république celle que nous avons du mal à supporter – de s’intéresser de plus en plus à ce problème Ecologique. De tout faire et plus qu’il n’en faut pour qu’en 2012 nous puissions être fiers d’eux. Chaque citoyen avec son leader favori.

Cela permettra à la populace de ressortir à la belle heure des élections présidentielles, avec moins de tapas dans une douce température qui décroît doucement, se meurt devant nos yeux aveuglés par la haine, l’absence de la victoire, l’enterrement de l’espoir.

Nous devons avancer, faire un passage vers le succès en mettant en pratique notre savoir-faire et notre intelligence en action contre toutes nos crises.

En serrant les dents, rasant les murs et s’agrippant à plus d’ambitions excellentes, nous arriverons à enterrer hors de ce terrain les choses hostiles qui le rend dégoûtant et invivable.

Je sais qu’il nous est tout simplement impossible de poser un bout d’escarpin sur ces bateaux politiques, au risque de finir en éclats de larmes chacun dans son coin en attendant que dalle. Car nous savons tous que le temps n’apaise rien.

Nous pouvons nous évertuer à vouloir tout éponger, soigner, oublier les blessures d’hui, ignorer les cicatrices pour ne pas risquer de tout fourvoyer dans notre tête pour arriver à mieux ignorer le développement de notre pays.

J’invite la Diaspora Togolaise de tout faire pour marquer son Heure de Victoire en action symbolique, en plantant chacun son arbre de vie. En envoyant ne serait que 15€ ou 20$ le 1er Janvier 2012 pour qu’on lui plante son ARVITERRA ( ARBRE de VIE pour la TERRE des AÏEUX ) au nom de sa Mère, de sa Nation et de la FRATERNITÉ NATIONALE le 13 janvier 2012, afin de donner une autre vision historique de cette date, la marquer, non pas comme dans l’esprit du RPT, mais comme un début d’un tout autre engagement durable pour le bien être de notre patrie.

Je sais que vous n’arrivez point à faire le tri des photos prises au Togo qui vous rappelle la misère et la méchanceté humaine, la joie et la convivialité, mais ne les regardez vous pas souvent, tout simplement pour vous rendre compte que vous avez besoin de rendre cette nature encore plus verdoyante ?. Je sais que vous n’avez pas fait le tri des souvenirs, mais que vous ne vivez pas si facilement avec.

Je sais que vous n’avez pas fait le tri des neurones, mais seules certaines synapses s’allument et vous rappellent encore que vous avez un Home Sweet Home qui vous attendra toujours porte ouverte quelque part dans ce trou déserté qui aimera sentir encore votre pas sur son sol noir.

Alors je vous appelle togolais de la diaspora en complément de la date du 1er juin, à poser votre marque en action simple mais particulièrement bénéfique en faisant planter chacun son ARVITERRA le 13 Janvier 2012 au nom de la FRATERNITÉ dans notre nation Mère qui mérite une VIE DURABLE.

Que Vive, L’ATE nouvellement créé, les autres partis existants mais endormis, toutes les Associations, les ONG qui ont fait de la protection de l’environnement leur leitmotiv.

Que Vive notre Terre Togolaise

Victoria Gisèle Magbo.

magbo_gisele_01.jpg

Advertisement