pub
Médias

Mercredi à la Une de Le Libéral

Advertisement

Les morts du cimetière d’Agoe Atchanvé ont passé une mauvaise Toussaint

Les chrétiens catholiques n’ont pas dérogé à la règle hier 1er novembre fête de la Toussaint qui honore les saints. Comme il est de coutume le silence des cimetières a fait place à une ambiance marquée par le dépôt des gerbes de fleurs sur les tombes, des prières et parfois des chants pour nouer le contact avec nos illustres disparus.

Ce spectacle, le cimetière d’Agoe Atchanvé situé en face du stade d’Agoe ne l’a pas connu cette année et ne la connaitra d’ailleurs plus jamais. Depuis quelques semaines et pour des raisons liées à la construction des infrastructures routières, on procède à l’exhumation des restes de corps et la destruction des tombes pour faire place à la route.

Ce matin du 1er novembre tout ceux qui avait un proche enterré dans ce cimetière savait qu’il n’était pas possible de s’y rendre pour un quelconque recueillement, un véritable second deuil pour certains « j’ai ma mère qui est enterrée dans ce cimetière depuis bientôt 15 ans. Je me suis toujours recueilli sur sa tombe chaque 1er novembre mais cette année dommage les choses ont changé et bientôt ce sera une route qui passera par là. Pour moi c’est comme si ma mère est décédée une seconde fois» nous a confié un quinquagénaire observant à distance le cimetière sous haute sécurité.

En tout cas ce n’était pas la dernière demeure pour tous ces disparus qui reposaient en paix dans ce cimetière. Et pour les parents et amis, il faudra tout simplement patienter l’an prochain pour renouer avec les habitudes sur un autre site ou le reste des corps exhumés seront inhumés.

Source : Le Libéral n° 44 du 02 novembre 2011

Togoportail, toute l’information à votre portée

Lire les autres articles de la publication en téléchargeant le document joint :liberal_044_site.pdf

liberal_044_site1-2.jpg

Advertisement