pub
Politique

L’Allemagne accompagne la Commission Vérité, Justice et Réconciliation au Togo

Advertisement

Une convention de contribution pour le renforcement des capacités de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) dont le montant s’élève à un peu plus de 160 millions de Francs CFA a été signé à Sokodé ce lundi 10 octobre 2011 vers la fin de la matinée entre la Commission et l’Ambassadeur de l’Allemagne au Togo M. Joseph Weiss.

L’ambassadeur de l’Allemagne au Togo, s’est déplacé lui-même à Sokodé pour apporter le soutient financier à la Commission et a eu le privilège de suivre une partie des audiences. Cela lui a permis de prendre « la température des audiences » comme on le dit.

«Je suis impressionné par le professionnalisme par lequel la CVJR fait son travail» a confessé l’Ambassadeur qui a avoué par ailleurs que son pays a pris la bonne décision en apportant son soutien financier à la CVJR.

Le président de la Commission, Mrg Barrigah Nicodème a rappelé à l’Ambassadeur que l’exercice qu’il venait de suivre a pour but d’arriver à une catharsis collective afin de penser les cœurs meurtris. Il également affirmé que la contribution substantielle de l’Allemagne arme la Commission à aller au bout de la mission que le peuple togolais lui a assigné.

Notons que le financement a été octroyé à la CVJR par l’entremise du Programme des Nations Unies pour le Développement au Togo (PNUD) dont la Représentante Résidente au Togo, Madame Khardiata Lo N’diaye, a également fait le déplacement sur Sokodé.

La séquence des audiences que l’Ambassadeur a suivies portaient sur l’affaire des militants politiques originaires d’Agbandi en détention à Blitta en 1993 après l’élection présidentielle.

Selon les témoins, au cours des élections du 25 Aout 1993, une urne bourrée a été saccagée. Le lendemain les soldats débarqués à Agbandi et dans un village proche ont arrêté 41 personnes qu’ils ont emprisonnées à Blitta dans une cellule qui ne pourrait en réalité contenir que quatre personnes (04). Manquant de l’air plusieurs détenus trouvèrent la mort (plus d’une vingtaine). Les morts seront enterrés à Sokodé sans l’assistance de leur famille, a affirmé l’un des rescapés des évènements d’Agbandi.

Les différentes personnes écoutées, témoins, rescapées ou proches parents des victimes ont, décrivant le déroulement de la mort de ces militants politiques, réfuté la version d’empoisonnement de ces personnes par un proche parent. En effet selon les personnes écoutées après la mort de ces militants, un enseignant a été arrêté alors qu’il rendait visite à un détenu au motif qu’il aurait apporté de la nourriture qui a empoisonnée les personnes décédées.

L’étape de Sokodè prend fin ce mardi. Prochaine destination, Atakpamé.

De notre envoyé spécial à Sokodé, Germain Kokoura

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement