pub
Politique

La CVJR pose ses valises à Aného : Le Président de la Commission en appelle à une table rase du passé

Advertisement

Les audiences de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) se tiennent du 25 au 27 octobre 2011 à Aného. La séance inaugurale a été eu lieu ce mardi matin au centre de la cathédrale Saints Pierre et Paul d’Aného.

Les audiences à Aného regroupent essentiellement les évènements antérieurs à 2005, les violences consécutives à l’élection présidentielle du 24 avril 2005. Comme dans les autres villes où la commission est déjà passée, la parole sera donnée, pendant trois jours, aux victimes, aux témoins et présumés auteurs afin qu’ils expriment de vive voix la douleur et la souffrance pour les violences subies, ou encore le repentir et le regret pour les méfaits commis .

Nous accorderons la parole à tous les protagonistes en espérant qu’ayant écouté et vu la détresse des uns et la contrition des autres,
nous prendrons conscience de la nécessité de bannir la violence de nos
relation communautaire et offrirons le pardon
” a martelé Mgr Barrigah-Bénissan président de la CVJR.

Il a également rappelé que lors de la phase des dépositions, les
équipes de la CVJR ont recueilli 910 dépositions; ce qui place Aného à
l’avant dernière position de ratio, pour le nombre de dossiers
recensés lors des témoignages.

Poursuivant il a précisé que à l’examen de ces dossiers, la commission a compris l’ampleur des drames vécus dans cette ville, particulièrement lors des évènements de 2005 ainsi que l’aspiration de la ville à la paix et à la réconciliation.

Renouvelant la compassion de la commission à tous les victimes et les
cœurs meurtris, il a invité les un et les autres à tourner la page du passé. “Nous devons tourner les pages douloureuses du passé qui
continuent encore d’empoisonner notre présent, car notre survie
collective en dépend
” a déclaré le président de la CVJR.

Pour le préfet des lacs M. Joseph Akouété EDAN, ces audiences
organisées par la CVJR depuis quelques semaines, à travers tout le
Togo, sont un moment unique pour tous ceux qui se sentent meurtris
dans leur chair.

L’audience, déjà à la séance inaugurale, a été consacrée à divers
évènements antérieurs à 2005, aux violences politiques de 2005. Ainsi,
la commission a écouté plusieurs personnes sur les violences exercées par les forces de l’ordre et de sécurité en diverses occasions, les expropriations des propriétaires terriens pour cause d’exploitation des phosphates entre autre.

Selon la commission, et d’après des personnes auditionnées, il apparait à propos des élections de 2005, que les éléments des forces de l’ordre et de sécurité ont réprimé de façon trop musclée d’innocentes victimes.

S’agissant de l’expropriation des terres en vue de l’exploitation des
phosphates dans le Vo, les Lacs et le Zio, la commission mesure toute
la détresse des propriétaires terriens qui revendiquent les meilleures conditions d’indemnisation, de recasement et de jouissance
de leurs droits légitimes.

Par ailleurs, fidèle à sa mission la CVJR appelle les victimes de ces
différentes évènements, à ne pas cultiver l’idée de vengeance.

Envoyé spécial, Germain Kokoura, depuis Aného

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement