pub
Faits divers

GHANA : Une féticheuse s’accapare d’une école et fait déserter les enseignants

Advertisement

Les enseignants de l’Ecole Primaire Catholique (EPC) de Nkwantanang, une localité dans le district Kwaebibirem au Ghana ont déserté leurs salles de classe le lundi dernier pour protester contre la présence des objets fétiches dissimulés dans les classes. De l’avis des enseignants, une féticheuse, Abena Hannah, fait des sacrifices les nuits dans les classes sous prétexte qu’elle vient balayer les classes. L’affaire a été signalée au Chef de la localité mais en attendant les cours se déroulent en plein air sous des arbres.

Les élèves de l’EPC de Nkwantanang sont en train d’expérimenter un fait nouveau, la suivie de leurs cours en plein air depuis le début de cette semaine. Les enseignants qui tiennent à sauvegarder leur vie, ne veulent plus se hasarder à mettre leurs pieds dans les salles de classes car une étrange féticheuse y aurait laissé des amulettes qui troublent leur quiétude.

Ces craintes sont partagées par le directeur de l’école, Robert Donkor, qui déclare être embarrassé par la situation ainsi créée dans l’établissement. Il a révélé avoir signalé les faits au Conseil traditionnel du district pour que la féticheuse soit interpellée sur les réels motifs de ses visites nocturnes dans l’école. Mais étant donné que les choses trainent, le directeur a de nouveau saisi les autorités traditionnelles locales et la direction de l’éducation du district pour qu’ensemble, ils trouvent une solution au problème qui paralyse les cours dans l’école au point de perturber le programme scolaire.

En attendant que le mauvais esprit soit conjuré de l’établissement, les élèves continuent de suivre les cours sous les arbres au dehors loin de leurs classes. Ce déménagement à l’improviste ne permet pas une bonne maitrise des élèves car ils sont souvent distraits par le chant des oiseaux ou par tout passant.

Mais en fin de compte, certains parents qui commencent à prendre le problème de la désertion des classes par les enseignants et les élèves au sérieux, se demandent si la féticheuse veut fermer l’école dans le village ou bien si elle a l’intention de détourner les enfants vers son couvent pour les enseigner sa pratique. Pour l’heure pas de réponse à ces questions, et tous s’en remettent aux autorités de Nkwantanang pour trouver une porte de sortie à cette indélicate féticheuse qui cherche à mettre le village en quarantaine et abrutir les enfants.

C.A.

Togoportail toute l’informaton à votre portée