Advertisement
International

Ghana : La Police cantonne les étudiants de l’Université de Legon sur le campus

Advertisement

La Police Ghanéenne a interdit le vendredi dernier pour la deuxième fois en l’espace d’une semaine, une marche de protestation que les étudiants mécontents de l’Université de Legon (UL) à Accra comptaient organiser à travers la ville. Les étudiants entendaient par ce mouvement protester entre autres contre la montée vertigineuse des frais scolaires, le problème de logements et le décaissement tardif de leurs prêts scolaires.

La deuxième tentative de marche de protestation des étudiants de l’UL après celle infructueuse du mardi dernier s’est avérée sans grand succès. Des sources proches des étudiants, la marche devrait débuter sur le Campus pour s’ébranler vers le Ministère de l’Education en passant par Shiashi, l’Hôpital Militaire 37 et les avenues du Centre National de Théâtre. Pour prévenir les dérapages, la Police a pris des mesures adéquates pour cantonner les étudiants sur le Campus de sorte qu’ils ne prennent pas la rue.

En effet très tôt le vendredi dernier, des policiers ont été convoyé sur les abords du Campus avec des canons à eau pour dissuader les étudiants téméraires et faire comprendre aux autres qu’ils doivent se soumettre à l’ordonnance de la justice qui a interdit leur marche.

Devant le fait accompli, les locataires de l’UL n’ont qu’eu la seule option de faire leur marche à l’intérieur du Campus. Vêtus de leur couleur habituelle de protestation des grands jours, le rouge, les étudiants ont parcourus les différentes avenues du grand Campus les mains sur la tête, tels des orphelins pour exprimer leur désarroi. Sur quelques pancartes, on pouvait lire « Aryetey, rappelle-toi de Kadhafi maintenant », « Terrorisme dans l’éducation », « Exigeons la réduction des frais scolaires ».

Rappelons que déjà le mardi dernier, dans les rues d’Accra, la Police était sortie pour donner force à la loi et a donc a prié gentiment les étudiants à rebrousser chemin sous peine de tomber sous le coup de la loi. Furieux, les étudiants étaient rentrés mais ont promis manifester jusqu’à satisfaction de leur doléance qui se trouve entre les mains des autorités depuis quelques semaines.

Mais peu après, un communiqué du Rectorat a signifié que les responsables universitaires ont accepté de réduire les frais scolaires et que les étudiants en année supérieure pourront en bénéficier. Cette mesure loin de calmer les « indignés », ne fait que propager leur colère qui fait tache d’huile. Si la descente dans la rue leur est interdite pour le moment par la justice pour cause de maintien d’ordre public et que la Police veille au grain, les étudiants ont toute la latitude de marcher de long en large sur le Campus pour crier leur mécontentement.

C.A.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement