pub
Faits divers

Faits divers : La vengeance de l’amant aigri

Advertisement

Esso, un homme d’affaires assez riche, avait une femme et deux enfants. Malgré le jeune âge et la beauté de son épouse, il ne cessait de multiplier les maîtresses. Essi était la toute dernière de ces proies dont il raffolait.

Etudiante, celle-ci logeait seule dans la cité universitaire et ses parents vivaient à Kpalimé. Pendant les vacances de cette année, Esso lui a loué une chambre. Elle était ainsi arrivée à libérer sa chambre universitaire sans trop de soucis et ne fût pas obligée de retourner chez ses parents. Le nouveau nid d’amour trouvé, aucun soir ne passait sans que Esso ne rende visite à Essi.

Il garait sa voiture sous un manguier devant la maison et les deux amoureux passaient des heures ensemble à jouir des plaisirs que l’argent et le sexe procurent. Notre monsieur était tellement fréquent dans le quartier que plusieurs personnes commencèrent à médire sur leur relation et même à le détester, lui spécialement.

Jacques était l’un de ceux-ci. Il avait fait des avances à Essi mais celle-ci ne lui avait même pas accordé un regard. Jacques en était aigri. Un soir, Esso arriva encore, gara sa RAV4 sous le manguier comme d’habitude et entra chez l’étudiante. Ils mangèrent ensemble, puis commencèrent à discuter. Bientôt leurs voix diminuèrent d’intensité. On pouvait imaginer comment les mains touchaient les corps, les lèvres se rencontraient, les corps frissonnaient.

C’est clair que les fermetures ont sauté, les chemises se sont déboutonnées puis le reste des vêtements est tombé. Du lit au canapé et du canapé au lit, les deux amoureux avaient tout l’espace pour s’amuser avant de s’échouer à même le sol pour réaliser l’inévitable. Ils s’endormirent sur la moquette, l’un dans les bras de l’autre. Esso aimait bien la tendresse, la douceur, la souplesse et la mobilité avec lesquelles l’étudiante lui faisait l’amour. Il se délecta des instants uniques que lui offrait cette femme en même temps qu’il plongeait lentement dans un doux sommeil de satisfaction.

Mais, c’est à peine qu’il en profita: il fut ramené à la réalité par un coup de fil. C’était un appel de sa femme. Sa fille bien-aimée, Evelyne, venait de faire une crise et son épouse l’avait amenée dans un centre de santé. Comme la petite Evelyne, sa chère fille lui tenait à cœur plus que tout au monde, il se leva net du sol, enfila ses vêtements et courut dehors sans rien dire à l’étudiante. Celle-ci l’accablait de questions auxquelles elle ne reçut aucune réponse. Mais une surprise attendait.

Une fois dehors, notre homme d’affaires ne pouvait pas croire au spectacle qui s’offrait à ses yeux. Sa belle RAV4 était sans pneus. Les pare-brises n’étaient plus là. Le lecteur DVD, le tableau de bord, tout ce qui était précieux avait disparu de la voiture. Pire, sa mallette d’argent ainsi que son ordinateur portable s’étaient aussi envolés.

Que s’était-il passé? Vous l’imaginez déjà. Les aigris du quartier venaient de se venger méchamment. Pendant que monsieur faisait l’amour à l’étudiante, ils opéraient. Le coup avait été rapide et efficace! Monsieur Esso ne pouvait que partir à taxi moto pour se rendre au chevet de sa fille malade.

Le lendemain matin, il revint sur les lieux avec des gendarmes, mais l’étudiante n’était plus là. Elle avait précipitamment quitté le quartier, la nuit même du drame. Pourquoi? Notre ami ne le sait toujours pas encore, à l’heure où nous vous racontons cette histoire.

Vous avez aussi une histoire à raconter aux internautes de togoportail.net? Envoyez-les à l’adresse vicarmelo2002@yahoo.fr

Togoportail, toute l’informaton à votre portée

Advertisement