pub
Culture

Clap Ivoire 2011, un espace de rendez-vous culturel sous-régional au service de la paix et de l’intégration

Advertisement

Chaque année, la Côte d’Ivoire accueil un évènement culturel sous régional et de grande audience, qui contribue à l’éclosion et la révélation de jeunes talents du domaine de cinéma et de l’audiovisuel de l’espace UEMOA. Il s’agit de Clap Ivoire, un concours de courts métrages destinés aux jeunes ressortissants des pays membres de l’Union Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest. La 11 ème édition du festival-concours, se tient du 28 novembre au 03 décembre 2011 à Abidjan.

Du 28 novembre au 03 décembre prochain, Abidjan sera le carrefour de talents du cinéma et de l’audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 11ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition de jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l’intégration sous-régionale à travers le cinéma, le concours est adressé à tous les Pays ressortissants de l’UEMOA, dont le Togo.

Au ministère des Arts et de la Culture du Togo à travers son département de la Cinématographie, tout est fin prêt, et les candidats nationaux dégagés après les phases de sélection nationale, sont connus. (Pour les candidats togolais retenus, Togoportail y reviendra dans un prochain article).

Pour développer l’esprit de créativité des jeunes talents, le festival-concours Clap Ivoire offre un outil de formation aux jeunes réalisateurs du cinéma et de l’audiovisuel. Il amène les jeunes techniciens à mieux se familiariser aux méthodes nouvelles et ouvre une fenêtre sur l’intégration africaine.

Doté du grand prix Kodjo Ebouclé qui récompense le meilleur des réalisateurs, le concours CLAP IVOIRE est une contribution de qualité visant l’intégration des populations de notre espace communautaire. Ce prix comprend un trophée, un prix en numéraire et une bourse d’étude ou d’installation.

Cette initiative est plus que jamais d’actualité pour la Côte d’Ivoire qui vient d’être éprouvée par un très douloureux et meurtrier épisode de son histoire avec la crise conflictuelle post électorale qu’elle a connue au cours de cette année. En organisant cette 11ème édition de l’évènement comme prévu, la Côte d’Ivoire s’affirme donc comme un Pays de défis, qui est dans l’élan du climat de paix auquel il aspire, en vue de sa reconstruction.

La culture qui est un élément fédérateur des peuples à travers l’approche diversité culturelle qu’elle encourage et valorise, s’annonce encore une fois, à travers ce festival, comme un ferment capital en faveur de l’esprit de partage et de solidarité indispensable pour la réussite de la cohésion sociale, de la fraternité et de réconciliation, véritable aspiration du peuple ivoirien.

C’est dans cet esprit que M. Begro Désiré, le directeur de la Compagnie ivoirienne du Cinéma et de l’Audiovisuel, ne s’est pas plié en deux, lors d’une conférence de presse tenue dans la capitale sénégalaise, pour soutenir que ‘’Clap Ivoire’’, pour cette 11ème édition, ‘’doit davantage permettre aux populations de célébrer l’intégration à travers le cinéma’’. Il s’agit d’un cadre de célébration de la fraternité entre les peuples, selon Désiré Begro qui a renchéri que ‘’La crise ne doit pas tuer un tel rendez-vous au profit de la jeunesse de la sous-région’’; allusion faite à la crise postélectorale qui a causé le report de ‘’Clap Ivoire’’ du mois de septembre à fin novembre.

Ce qui justifie l’une des particularités de cette 11ème édition qui sera “éclatée” dans quatre communes d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire : Yopougon (site d’accueil des précédentes éditions), Cocody, Marcory et Treichville.

Clap Ivoire est un espace d’expression vivante, à travers la magie de l’image et du son, qui vient mettre en évidence le rapprochemment et la rencontre de cultures, de savoirs et des peuples, sous le prisme étincellent de leurs talents, leurs esprit de créativité, leurs génies créteurs.

Cette année, la Côte d’Ivoire sera représentée par COULIBALY Seydou en documentaire avec son film “Lossogo, refuge ou poudrière de Samory Touré“. Dans la catégorie fiction c’est l’œuvre de POKOU Jean Koffi qui a été retenue grâce au film “Le voile déchiré“.

Rappelons que ce festival, qui va rassembler 16 réalisateurs provenant des différents pays de l’UEMOA pour la phase finale, est organisé par le Centre National des Arts et de la Culture (CNAC) de la Côte d’Ivoire, sous l’égide du Ministère ivoirien de la Culture et de la Francophonie. L’actuel directeur du Cnac est M. Kitia Touré.

Vicarmelo TIEM

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement