pub
Justice

Togo : Procès pour atteinte à la sûreté de l’Etat

Advertisement

Prévu pour démarrer le 1er septembre dernier, et reporté pour le 06 septembre, le procès très attendu pour atteinte à la sûreté de l’Etat, a effectivement débuté hier au Palais de la Justice de Lomé. Dans le box des accusés, Kpatcha Gnassingbé le demi-frère du Président de la République et 31 co-accusés dont le Général Tidjani Assani des Forces Armées Togolaises à la retraite.

Au deuxième jour du procès, les choses sont rentrées dans le vif du sujet avec des charges portées à l’encontre des présumés accusés du complot de la tentative du coup d’Etat de 15 avril 2009. Les accusés passés à la barre n’ont pas reconnus les faits sauf Essolizam Gnassingbé, un autre frère du Chef de l’Etat.

Ce qui va compliquer la tâche aux avocats de la défense dont les clients ont déjà plaidé non coupables, ne reconnaissant pas les faits qui lui sont reprochés. Rappelons que les avocats de la défense s’étaient retirés de la salle d’audience dans la journée d’hier, avant de se présenter aujourd’hui pour la suite du procès. Selon le collège des avocats, Kpatcha Gnassingbé ne peut pas être jugé sans la levée de son immunité parlementaire; la cour suprême n’est pas compétente pour statuer sur le rejet de leur demande de renvoi du procès”.

Ce procès qui mobilise l’attention de beaucoup d’observateurs au plan national et international vient à peine de commencer et déjà des révélations croustillantes et des accusations éparses contre certaines personnalités très réputées aux postes de responsabilité de haut niveau de l’Etat, sont citées dans cette affaire qui réserve beaucoup de surprises et de rebondissements les plus inattendus.

Affaire à suivre!!!

La Rédaction

Advertisement