pub
Société

Relations bucco-génitales : «J’ai juré de ne jamais faire une chose pareille»

Advertisement

Beaucoup de jeunes togolais les trouvaient répugnants et immoraux. Ils pensaient que les auteurs des relations bucco-génitales (fellation ou cunnilingus) étaient des pervers. Cependant force est de constater que le phénomène s’amplifie ces dernières années surtout dans les grandes villes du pays. Véritables source de plaisir, le cunnilingus et la fellation rendent dépendants les pratiquants qui ne jurent que par eux. Inspirées généralement des films X et des comportements des touristes sexuels de passage au Togo, les relations bucco-génitales augmenteraient le taux des maladies cancérigènes comme le cancer de la gorge. Avis aux accros.

Quelques baisers par ici, des caresses par là, elle se met à genoux. Fixant son cavalier dans les yeux, elle tient son verge avec la bouche et comme un fruit commence par sucer le gland. Ce dernier exulte de joie et est au bord du délire. Ces images sont la description sommaire d’une séance de fellation. Celle-ci et le cunnilingus (qui consiste à stimuler les différentes parties de la vulve à l’aide de la langue et des lèvres principalement) sans aucun doute procurent de fortes sensations surtout aux personnes qui les reçoivent.

Beaucoup de jeunes interrogés à Lomé ont confirmé avoir déjà pratiqué des relations bucco-génitales. Cependant si la fellation est facile à pratiquer pour les femmes il faut reconnaître que beaucoup de mecs trouvent dégradant et immoral le cunnilingus avant le premier essai. « J’ai juré de ne jamais faire une chose pareille mais ma copine commence par douter de moi et j’ai fini par le faire. J’avoue qu’il y avait plus de peur que de mal. Je n’ai jamais vu Hélène si heureuse », nous confie Serges un jeune fonctionnaire dans l’administration.

Hugo quant à lui comme pour se dédouaner nous explique qu’il ne pratique le cunnilingus qu’avec des filles « propres ».
Le Cunnilingus créerait une sorte de dépendance chez les femmes qui n’arrivent plus à s’en passer. «Je n’atteints plus mon orgasme avant d’être lécher. C’est pour cela que j’impose cet exercice fascinant avant toute pénétration.» explique Sandra étudiante en Sciences politique à Lomé.

Les relations bucco-génitales sont au jour le jour démythifiées si bien que certains artistes musiciens en parlent sans complexe. C’est le cas de « Agban agbodji » du groupe béninois H2O ou encore « Moussenavivi » du togolais Demon Lassi. Tous proclament les vertus de la fellation.

Selon le Docteur américain Maura Gillison, professeur de médecine à l’Université d’Ohio (nord ), avoir des relations bucco-génitales (fellation ou cunnilingus) avec plusieurs partenaires augmenterait le risque de développer une forme de cancer de la gorge assez rare, à cause des papillomavirus, responsables d’infections sexuellement transmissibles, principale cause du cancer du col de l’utérus.

Le médecin a néanmoins voulu tempérer et rassurer les couples adeptes de ces pratiques en expliquant que le risque était faible. Cependant il recommande que « les pratiques sexuelles buccogénitales soient comprises dans les messages de prévention des maladies comme le cancer bucco-pharyngé ».

Roger Adzafo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement