Economie

Lutte contre la drogue, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au Togo

Advertisement

Le Togo a abrité une réunion de travaux des experts nationaux et internationaux impliqués dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) du Togo. C’était du 12 au 16 septembre dernier dans la Région des Plateaux, sous l’initiative de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières du Togo (CENTIF-TG), avec l’appui technique et financier de l’Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime (UNODC).

Du 12 au 16 septembre dernier, se sont tenus à l’Hôtel Mono à Nangbéto, à 200 Km de Lomé, la capitale togolaise, un atelier de validation des projets de textes de renforcement du dispositif de Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) du Togo. En marge de cet atelier, il est organisé un séminaire de formation des Magistrats, des Agents de la Police Judiciaire, des Auxiliaires de Justice et autres acteurs en matière de LBC/FT.

M. Tchaa Bignossi AQUITEME, Président de la CENTIF-Togo, a après avoir souhaité, au nom du ministre de l’Economie et des Finances une cordiale bienvenue aux participants, a réitéré l’engagement du gouvernement togolais à faire de la LBC/FT une priorité en vue de créer les conditions favorables à la sécurité et à l’intégrité du système financier économique.

Il est question essentiellement dans le cadre de cet atelier d’une part, de valider les projets de textes prévus aux fins de compléter l’arsenal juridique et institutionnel du Togo en matière de LBC/FT eu égard aux lacunes relevées dans le Rapport d’Evaluation Mutuelle (REM) et d’autre part, de renforcer les capacités des magistrats, des agents de la police judiciaire, des auxiliaires de justice et autres acteurs en la matière.

Ces ateliers qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Programme National Intégré (PNI) de lutte contre la drogue et le crime organisé au Togo, notamment le volet consacré à la lutte contre le blanchiment de capitaux, ont mobilisé les participants rélévant de différents ministères, respectivement ministère de la Justice, de l’Economie et des Finances, de la Sécurité et de la Protection Civile, de la Défense; les acteurs de l’Office Central de Répression et du Trafic Illicite des Drogues et du Blanchiment, du Comité National Anti-Drogue et des structures impliquées dans la mise en œuvre du PNI, notamment les acteurs de LBC/FT, y ont également pris part.

Par ailleurs, des représentants des institutions internationales dont un représentant de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), des acteurs organisations professionnelles, des administrations et autres acteurs impliqués dans la LBC/FT ont assisté aux travaux.

Dans son intervention lors de la cérémonie d’ouverture du séminaire, M. Bénoit KONAN DJAHA, Expert de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (UNODC), prenant la parole au nom de M. Alexandre SCHMIDT, Représentant Régional du Bureau Régional de l’UNODC pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a exhorté les participants à apporter leurs contributions et expériences en vue d’obtenir des résultats satisfaisants en termes de projets de textes qui pourraient être soumis aux autorités compétentes pour plus d’efficacité dans les actions de lutte contre le fléau qui ne cesse de menacer l’économie nationale de nos Etats.

Il a tenu à rappeler les conclusions du séminaire sur le renforcement du cadre juridique et institutionnel en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, séminaire tenu avec succès à Lomé du 27 au 29 juillet 2011 grâce à la mobilisation et à la contribution des Experts nationaux et internationaux.

M. Bénoït KONAN DJAHA a également rappelé l’importance du système judiciaire en matière de LBC/FT dont la finalité de la lutte est de priver les délinquants financiers de jouir des produits de leurs crimes ou délits; d’où la nécessité des condamnations sans lesquelles la lutte serait vouée à l’échec. C’est dans ce cadre que s’inscrit le séminaire de formation qui a fait suite à l’atelier de validation des textes juridiques.

Un séminaire qui réuni des magistrats, des agents de la police judiciaire et des auxiliaires de justice qui sont invités à partager leurs expériences professionnelles sur la base des cas pratiques.

Vicarmelo TIEM

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement