Médias

Jeudi à la Une de Chronique de la Semaine

Advertisement

Jean-Pierre Fabre et sa délégation désavoués par les présidents Atta Mills et Blaise Compaoré

Le dilatoire ne mène nulle part. Le politicien très médiocre Jean-Pierre Fabre et ses affidés l’ont appris à leurs dépends en subissant un cinglant camouflé à Ouagadougou et à Accra lors de leur tournée entreprise récemment pour sans doute justifier leur dilatoire au sujet du dialogue au sein du CPDC rénové.

En effet, les présidents Atta Mills du Ghana et Blaise Campaoré du Burkina-Faso ont fermement dit à la bande de Jean-Pierre Fabre d’aller rejoindre les autres formations politiques au sein du CPDC pour des discussions franches et sincères. En clair, les deux chefs d’Etats ont signifié à nos politiciens de l’ANC d’aller dialoguer avec les autres acteurs politiques dans le CPDC rénové afin de procéder à des réformes constitutionnelles et institutionnelles dans un large consensus.

C’est justement cette volonté de trouver des solutions consensuelles aux différentes revendications de l’opposition qui a amené le président Faure Gnassingbé à relancer le dialogue dans le CPDC rénové. Au lieu de saisir cette opportunité, l’ANC rejette cette initiative en posant des préalables incongrus, notamment la réintégration des députés de l’UFC démissionnaires ou transhumants. Est- ce pour ce motif que Jean-Pierre Fabre et ses affidés ont entrepris une tournée auprès de nos pays voisins ? Si tel est le cas, c’est peine perdue puisque leur tournée s’est soldée par un fiasco.

Leurs hôtes les ont renvoyés à la case départ en leur demandant de retourner à ce qu’ils ont rejeté en posant des préalables, c’est-à-dire le CPDC rénové. Ce cinglant désaveu devrait servir de leçon à Jean-Pierre Fabre et son ANC qu’aucun pays ou partenaire ne peut les suivre dans leur politique qui consiste à tout rejeter même l’appel au dialogue.

Toute honte bue, Jean-Pierre Fabre et sa délégation sont rentrés bredouilles sur la pointe des pieds sans que leurs journaux promptes à publier des inepties sur les résultats de leurs tournées ne disent rien cette fois-ci. Si les responsables de l’ANC étaient sages, ils devaient d’abord accepter de prendre part aux travaux du CPDC avant de poser leur problème notamment la réintégration de leurs députés transhumants.

Par ailleurs, l’ANC n’a-t-elle pas déposé une plainte auprès du tribunal de la CEDEAO? Elle fera mieux d’attendre le verdict de la Cour de la CEDEAO qui peut la débouter comme l’a déjà fait l’UIP. Dans ce cas, que feront Jean-Pierre Fabre et ses affidés qui espèrent leur retour à l’hémicycle afin de pouvoir rembourser leurs prêts auprès de banques de la place qui sont actuellement à leurs trousses? Au demeurant, est-il encore nécessaire de se battre pour leur réintégration à l’hémicycle dès lors que les élections législatives auront lieu juste dans quelques mois.

Comme ils pensent avoir la popularité, il leur suffit d’attendre ces échéances électorales pour revenir dans le compte de leur nouveau parti, l’ANC.

Ainsi, ils seront plus crédibles vis-à-vis du peuple dont ils disent avoir le soutien. Pour l’heure, les présidents Atta Mills et Blaise Compaoré ont mis à leur place Fabre et sa bande, prouvant ainsi, que personne n’a encore d’oreille pour leurs jérémiades et que la seule issue pour eux reste le CPDC rénové.

Aliziou Dominique

Lire les autres articles de la publication en téléchargeant le document joint:chronique_164_1_.pdf

Advertisement