Advertisement
International

GHANA : Les Chefs Ga exigent un autre mot d’accueil à l’aéroport Kotoka à Accra

Advertisement

Les Chefs traditionnels Ga, propriétaire terriens de la région métropolitaine d’Accra et du site de l’aéroport International Kotoka à Accra, lancent un appel au ministère du tourisme à remplacer le mot de bienvenu Akwaaba par un autre mot similaire issu de la langue Ga. Les Chefs Ga prétextent que l’aéroport ne peut pas se situer dans leur zone territoriale et porter un mot de bienvenu propre aux Akans et qui ne signifie rien dans leur langue.

L’apothéose de la fête traditionnelle Homowo dans l’espace Ga en plein cœur d’Accra a été une occasion en début de cette semaine pour les chefs traditionnels du milieu pour renouveler aux autorités du pays une doléance qui leur est chère.

Le Chef Nii Kpobi Tettey Tsuru III a, au nom de ses collègues, déploré que pendant des années les gouvernements successifs les ont privés de certains privilèges sur leur propre terre. Le pire selon Tsutru III c’est que le mot de bienvenu à l’aéroport Kotoka est écrit dans une autre langue différente de celle de Ga, la division territoriale qui abrite l’aéroport. Toujours selon les plaintifs, cette manière de faire ne permet aux étrangers qui arrivent dans le pays de connaitre là où ils arrivent.

C’est pour faire valoriser leur culture et leur langue, que les Chefs Ga exigent que l’aéroport qui est un point privilégié d’entrée dans le pays devienne le reflet de leur présence au Ghana.

Au delà de toute considération, le mot Akwaaba est devenu aujourd’hui une référence par laquelle le Ghana et ses produits sont identifiés à l’étranger. L’appel de la communauté Ga, un peuple frère des Guins du Togo sera-t-il entendu par les autorités ? On attend de voir les prochains jours…

C.A.

Advertisement