pub
International

Ghana : Le gouvernement refuse le visa pour la pratique de l’homosexualité dans le pays

Advertisement

Le Président John Atta Mills a tranché, le gouvernement ne va pas légaliser ni l’homosexualité ni le lesbianisme au Ghana. Pour Atta Mills, le gouvernement ne peut pas encourager une pratique qui va à l’encontre de la culture et aux mœurs traditionnelles et a par conséquent mis en garde ceux qui s’adonnent à ce phénomène de société. Cette prise officielle de position met donc fin à une vieille polémique qui a divisé les Ghanéennes.

Depuis la résurgence médiatique et la défense de la pratique de l’homosexualité et du lesbianisme au Ghana par certains citoyens, il aura fallu attendre la célébration de la fête traditionnelle Odambea en fin de semaine pour que les autorités prennent une décision finale. Le ministre de la Culture du Ghana, Alexander Asum-Ahensah a, au nom du Chef de l’Etat, tranché définitivement en fin de semaine dernière sur la position du gouvernement dans ce débat qui met mal à l’aise bon nombre de citoyens Ghanéens.

Développant le thème de la célébration à l’honneur «Promouvoir notre patrimoine culturel en vue d’éliminer les vices sociaux », Asum-Ahensah a déclaré que le gouvernement ne donnera pas une base légale à la pratique de l’homosexualité dans le pays. En des termes plus clairs, l’intervenant a statué que le président Atta Mills trouve que le thème choisi est très approprié si l’on tient compte du déclin moral qui prévaut dans la société. Il reconnait implicitement qu’aujourd’hui les valeurs morales au Ghana sont menacées par la quête désespérée du matérialisme comme une mesure de progrès dans la société.

L’adage qui dit que si les gens perdent leurs cultures, elles perdent automatiquement leur identité, est donc une réalité et peut s’assimiler au danger qui guette les Ghanéens. En ce sens, l’usage de la drogue, le vol qualifié, la prostitution des mineurs, l’homosexualité, le lesbianisme et le viol sont des maux liés au sexe et qui malheureusement font monter le taux élevé d’immoralité dans la société.

Pour rectifier le tir et préserver la jeune génération, le Président Atta Mills a lancé un appel aux gardiens des us et coutumes à travailler étroitement avec les autres leaders d’opinion dans leurs sphères géographiques afin d’inciter les jeunes à élaborer des stratégies qui fassent barrière aux vices sociaux dans la société.

Avant cette décision du gouvernement, le Conseil Chrétien du Ghana (CCG) et l’Union Musulmane du Ghana (UMG) avaient invité leurs membres respectifs dans le pays à ne pas cautionner ni même voter pour un quelconque politicien qui parraine ou qui défend l’homosexualité au Ghana. L’UMG est allée plus loin en suggérant à ses membres de mettre en quarantaine les homosexuels dans la société car leurs pratiques sont à l’encontre des lois naturelles et contre les principes divins.

C.A.
Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement