pub
Faits divers

GHANA : Horreur, un Nigérian et sa femme surpris avec des parties humaines

Advertisement

La Police Ghanéenne a arrêté à Yamoransa, une localité près de Cape Coast, une ville de la région centrale du Ghana, un couple nigérian en possession des parties du corps humains. Le funeste butin qui se trouvait dans un gros sac bafana contenait des jambes, des mains, deux têtes et d’autres parties du corps humain. Les suspects, Alhaji Bello Rashid, herboriste de son état, âgé de 42 ans et sa femme Fouzaitou, 37 ans, ont depuis été envoyés en prison à Cape Coast pour investigations avant le jugement.

Une grande stupéfaction s’est emparée des habitants de la ville de Cape Coast depuis que la police a mis la main sur un couple nigérian qui avait en leur demeure des parties humaines. La genèse de cette arrestation remonte depuis quelques jours, peu avant l’arrestation des suspects. Les voisins du couple Alhadji Bello ayant commencé par noter le comportement étrange de l’herboriste dans le quartier et aussi de certaines rondes aux alentours de sa demeure, n’ont pas tardé à se poser des questions.

Etant donné qu’il est craint et qu’aucun habitant ne pouvait l’approcher, les habitants ont alerté la police du milieu qui a mis le couple sous surveillance à l’insu des concernés eux-mêmes. C’est ainsi que le couple a été appréhendé la main dans le sac.

Selon l’officier de police qui a conduit la perquisition, «après avoir été alerté, nous sommes entrés dans la maison et à notre grande surprise, nous avons vu des morceaux du corps humain à savoir des mains et des jambes dans un sac bafana, localement appelé «Ghana Must Go», encore dégoulinant de sang. Ces parties ont été morcelées et elles donnent l’impression qu’elles étaient destinées à la cuisson. Pire, nous avons découvert deux têtes humaines ce qui laisse croire que c’est deux personnes qui ont été victimes de ce meurtre».

Après l’arrestation, le Chef de Police en charge du district, M. Stephen Andoh-Kwofie, a indiqué sur une radio à Accra que les parties sont envoyées à l’Hôpital Régional de Cape Coast aux fins d’autopsie pour identifier les victimes. Des enquêtes supplémentaires sont en cours pour déterminer si le couple a agi seul ou s’il y a d’autres complices.

Déférés à la prison de Cape Coast, les suspects ont comparu le 2 septembre dernier devant la justice et attendant d’autres investigations pour se fixer sur leur sort.

CA pour Togoportail.net

Togoportail, toute l’actualité en temps réel

Advertisement