pub
Société

Togo : Quand des stations services se livrent à la commercialisation de «boudê»

Advertisement

La hausse sans cesse répétée des prix des produits pétroliers, met en difficulté les stations services. Certains responsables de ces stations affirment que cette situation a fait chuter considérablement leurs chiffres d’affaires. Pendant ce temps, les distributeurs de l’essence frelatée «boudê» font la part belle. Ainsi poiur maintenir le cap, certaines stations services se livrent aussi à la commercialisation du carburant illicite. Faut-il en rire ou pleurer ?

La commercialisation du carburant illicite dénommé «boudê», s’est accentuée suite à la hausse, ces derniers temps, du prix des produits pétroliers au Togo. Il résulte également de cette hausse du prix du carburant, un phénomène de vie chère. Ainsi, les utilisateurs d’engins, préfèrent s’approvisionner en «boudê» au grand dam des stations services qui assurent la distribution de l’essence supposée être de bonne qualité.

Cette situation aurait fait chuter les chiffres d’affaires de certains propriétaires de stations services : «Avec les hausses successives du prix du carburant, nos chiffres d’affaires ne cessent de chuter. Il s’est développé un peu partout dans la ville de Lomé ainsi qu’à l’intérieur du pays, des points de vente du carburant illicite. Malgré la contribution des pétroliers et distributeurs pour lancer l’opération «Entonnoir II», rien n’a changé. Le phénomène s’est plutôt amplifié. Si la situation demeure ainsi, nous risquons tous de mettre la clé sous le paillasson», s’est indigné un propriétaire de station d’essence.

En effet, selon les informations, c’est avec la complicité de certains barons que ce produit qu’on dit dangereux et dont la vente illicite cause bien de dégâts, pénètre sur le territoire togolais. Sinon, comment comprendre que l’opération «Entonnoir II», mise en place par le précédent ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, M. Atcha Titikpina et qui a fait beaucoup de bruits puisse se révéler impuissante face à cette situation. Les trafiquants ont trouvé le moyen de faire échouer cette opération démarrée sur les chapeaux de roue et fermement appuyée, selon les indiscrétions, les pétroliers et les distributeurs avec des voitures 4 X 4 et des motos qui s’évaluent à plusieurs millions de nos francs.

C’est ainsi que différents types de carburants frelaté se retrouvent toujours exposés aux abords des routes et même dans certaines stations d’essence appartenant à des individus véreux : «Il y a plusieurs types de boudê. Il y a ceux qu’on connaît beaucoup plus c’est-à-dire ceux commercialisés par des individus qui font la contrebande avec des quantités relativement petites ; il y aurait aussi certains qui sont dans le circuit du comité chargé de la commande des produits à l’extérieur au nom de l’Etat et qui, selon nos sources, achèteraient plus que ce que l’Etat a officiellement commandé ; une différence qu’ils déversent plus tard sur le marché après livraison, naturellement à un coût cassé. Il y a enfin un autre réseau qui s’en va s’approvisionner nuitamment dans les pays voisins en quantité pour venir alimenter le marché parallèle de distribution des hydrocarbures», a expliqué un agent d’une station service. Mais comment ce produit est-il acheminé vers les stations d’essence sans être intercepté par les autorités de contrôle ? La question mérite d’être élucidée.

En effet, cette opération consiste à injecter des molécules dans les citernes au départ de la Société Togolaise d’Entreposage (STE). Des contrôles sont ensuite menés dans les stations. Et si lesdits molécules sont retrouvées, on estime que l’exploitant ne s’est pas approvisionné sur un marché noir. Au cas contraire, il tombe sous le coup de la loi.

Parfois, c’est selon la tête du client que les contrôles sont effectués. Ce qui fait que le carburant illicite se retrouve dans les puits de certaines stations d’essence. Cette manière n’est pas seulement une escroquerie, qui doit être punie mais aussi c’est les moteurs des engins qui prennent des coups.

D.M.
“Togoportail, toute l’information à votre portée”

Advertisement