pub
Faits divers

Lomé, le quartier nord-ouest de la capitale s’offre en scène de bagarre au sujet de la délocalisation d’un marché

Advertisement

Depuis un certain temps, les revendeuses du marché d’Adidogomé Awatamé connaissent des moments difficiles. Non pas parce que les affaires vont mal, mais parce que leur marché est devenu source de litiges. Des gens se disent propriétaires du terrain. Ils ont même clôturé une partie du marché et l’on mise en vente. Les femmes chassées de cette partie clôturée ont démoli leurs hangars pour les installer un peu plus loin, dans le marché. Mais là encore, le problème est loin d’être résolu. Un évènement s’est produit sur la place le lundi 4 juillet dernier. Une revendeuse nous livre ici sa version des faits.

Madame, pourquoi démolissez vous votre hangar?

Parce que si je ne le fais pas, on finira par le faire à ma place. Quand nous avons été renvoyés de l’autre côté, nous avons construit nos hangars ici. Mais la dernière fois, on nous a fait savoir que nous devons quitter cet endroit aussi. Alors, je démolis mon hangar pour ne pas avoir de problème.

Qui vous dit de quitter cet endroit?

C’est le pasteur Adjaho. Il nous avait appelées au sein de son centre de formation FADD. Toutes les femmes du marché y étaient allées. Arrivées, le pasteur nous a dit que celles qui ont construit leurs hangars contre son mur doivent les enlever. Il a donné un délai pour ça. Une femme a pris la parole et a demandé au pasteur si ce n’est pas lui qui œuvre pour la bonne condition des orphelins, des veuves et des démunis. Elle a poursuivi en disant qu’elle est une veuve et que c’est avec son commerce qu’elle subvient aux besoins de ses enfants. A ces mots, le Pasteur se fâcha et commença la gronder. Nous sommes alors intervenues pour calmer notre amie. Mais juste en ce moment, un des jeunes garçons qui étaient dans le groupe voulut parler. Le pasteur demanda qui il était pour intervenir. Il répondit qu’il est propriétaire du terrain. Cette réponse n’a pas du tout plu au pasteur. Alors il s’avança vers le jeune homme et lui donna un coup de poing. Nous étions toutes ébahies. On se croirait dans un film fiction Ibo du pasteur de Zion-to. Le Jeune homme voulant répliquer prit des cailloux et les lança sur le pasteur. Il est vite rejoint par d’autres amis. Une bagarre se déclencha donc. Les gardes du corps de l’homme de Dieu ont intervenu et les jeunes se sont enfuis. Après, le pasteur a appelé les gendarmes. La femme qui avait parlé et huit jeunes hommes ont été arrêtés. Ce n’est que le mercredi 7 juillet qu’ils ont été relâchés.

Et qu’a dit le chef du quartier dans tout cela?

Rien! Mais nous avions appris que c’est suite à son intervention que les jeunes ont été libérés. Nous ne voulons plus des bagarres. Voilà pourquoi nous avions toutes démoli nos hangars. Togantô Nénéwowoè

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement