pub
Société

Insécurité à Lomé : Le gangstérisme à grands pas dans le quartier Bè

Advertisement

Les jeunes vivent dans une misère ambiante. Mais, alors que certains, pour survivre, se donnent comme pour métier la conduite de taxi-motos ou la vente de l’essence frelatée, d’autres n’ont trouvé mieux que de dépouiller les honnêtes gens de leurs biens. Pour être efficaces dans leur manœuvre, ces jeunes se sont constitués en bande et sèment la terreur dans les quartiers de Lomé dont Bè Agodo, Adzométi qui ces derniers temps défraient la chronique du fait de la fréquence des actes de gangstérisme s’y déroulant.

Selon les informations, un groupe de jeunes, vivant dans ce quartier, dans une des maisons du Colonel Akagna Jules, se posterait souvent aux feux tricolores du marché de Bè et aux feux tricolores de Photo Venavi (près de la maison du Chef Aklassou) pour arracher des mains de paisibles populations, des portables ou tout autre objet de valeur.

Aux feux tricolores, quand les voitures s’arrêtent, ces gangsters frappent fort sur l’arrière en détournant l’attention du chauffeur et des passagers dont ils escamotent les objets. Pour dévaliser les passagers qui mettent leurs sacs devant eux ou sur leurs cuisses, ces gangs attendent le feu vert et opèrent en courant. Le butin sera ensuite vendu à un prix dérisoire, leur permettant ainsi de s’offrir le pain quotidien ou le cannabis.

Des informations font également état du fait qu’en plus du vol, ces jeunes commercialisent aussi le cannabis avec la complicité de certains membres du Comité de Développement du Quartier (CDQ) qui perçoivent une somme de 5.000 F CFA comme «ration» journalière.

Cette situation rend la tâche difficile aux autres membres du CDQ déterminés à venir à bout de ce gangstérisme qui va croissant à Bè. En effet, les membres corrompus, pour préserver leurs acquis, fileraient aux voyous les mesures et stratégies que le CDQ définit en vue de les appréhender. Se sentant protégés et en territoire conquis, ces voyous menacent d’ôter la vie à quiconque les livrerait à leurs victimes. Le Colonel Akagna Jules est-il au courant de cette situation de terreur qui règne dans ce quartier ? Sait-il que ceux qui commettent cette basse besogne logent dans l’une de ses maisons ? Ces questions demeurent pour l’instant sans réponses.

Cependant, des sources proches du Colonel affirment que ce haut-gradé de l’armée n’accepterait jamais de loger dans sa maison des voyous s’il les connaissait tels. C’est le lieu de l’inviter à agir expressément pour libérer les populations de ce quartier de la terreur dont elles sont victimes. Et pour partir en guerre contre ce fléau, il devra se faire aider de l’Amiral Fogan Adégnon, Directeur Général du Port et Maire de la Ville de Lomé et l’Honorable député Dick Innocent, tous natifs de Bè.

La Rédaction
Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement