pub
Médias

REVUE DE PRESSE

Advertisement

Les implications de la hausse du prix du carburant au Togo, la confrontation dans l’affaire Sow Bertin Agba et les menaces d’élimination physique d’un groupe de journalistes proférées par l’ANR, sont les sujets qui meublent la revue de presse cette semaine.

Pendant que la population togolaise vit dans la précarité et se plaint du coût de transport déjà insupportable pour sa bourse, le gouvernement procède à une nouvelle augmentation du prix du carburant. Cette augmentation dite scélérate semble être une volonté manifeste du régime d’acculer le peuple jusqu’à son dernier retranchement.

Abordant ce sujet, «Flambeau des Démocrates, n° 235 du 25 juillet 2011» qui titre en manchette : «Le gouvernement Houngbo multiplie les actes de provocation à l’endroit du peuple : Les jours et semaines à venir risquent d’être difficiles pour le pouvoir», écrit «… Nous pouvons parier que les populations togolaises ne vont pas continuer par demeurer coïtes devant la multiplication des actes assassins du gouvernement Houngbo sous la bénédiction de Faure Gnassingbé. De l’avis de plusieurs observateurs, les populations togolaises sont au pied du mur. Soit elles se défendent contre le régime RPT qui les accule de plus en plus à la mort, soit elles croisent les bras pour être exterminées par un gouvernement à la solde des institutions financières internationales (FMI et Banque Mondiale). Tous les ingrédients pour alimenter une révolte populaire semblent aujourd’hui être réunis. Point n’est besoin d’être un spécialiste des questions sociales pour s’en apercevoir. Ce que nous disons est dicté par amour pour notre patrie et non par apologie du mal ».

S’intéressant à ce sujet, «Liberté, n° 1016 du 26 juillet 2011» titre en couverture : «Hausse scélérate des prix des produits pétroliers : Grève imminente jeudi et vendredi prochains, les Togolais appelés à leurs responsabilités». Indiquant que le Parti des Travailleurs soutient la grève de la FESYTRAT et de la FTBC, le confrère note : «Le jeudi 28 et le vendredi 29 juillet prochains ne devraient pas ressembler aux autres. Et pour cause, c’est sur ces jours que la Fédération Syndicale des Travailleurs des Transports du Togo (FESYTRAT et la Fédération des Travailleurs du Bois et de la Construction (FTBC) ont appelé leurs membres et toute la population togolaise à observer une grève d’avertissement, suite à la hausse scélérate des prix des produits pétroliers par le gouvernement».

Suite au soutien de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) à l’appel des deux Fédérations, «Le Correcteur, n° 271 du 25 juillet 2011» titre à la Une : «Marche de protestation de samedi : Jean-Pierre Fabre appelle les Togolais à manifester aux côtés des transporteurs les jeudi et vendredi prochains» et précise : «C’est une marée humaine qui a pris d’assaut certaines artères de Lomé le 23 juillet dernier, scandant comme à l’accoutumée les slogans demandant la fin du pouvoir de Faure Gnassingbé. A la plage, le leader du mouvement, Jean-Pierre Fabre a appelé les militants et sympathisants du Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) et partant tout le peuple togolais à soutenir les actions prévues jeudi et vendredi prochains par les Syndicats des transporteurs en vue de réclamer la baisse des prix des produits pétroliers».

L’affaire Agba Bertin qu’on qualifie généralement d’affaire d’escroquerie internationale prend une autre tournure. Il s’agit des confrontations entre le présumé Sow Bertin Agba et la victime Abass Youssef au Tribunal de Lomé.

Suite à la première confrontation, «Forum de la Semaine, n° 988 du 25 juillet 2011» titre en couverture : «1ère confrontation dans l’affaire d’escroquerie internationale : Sow Agba Bertin coupe la poire en deux et disculpe Pascal Bodjona» et souligne : «Le vendredi dernier, les parties en conflit dans la ténébreuse affaire dénommée «Sow Agba Bertin», du nom de ce compatriote qui aurait escroqué un homme d’affaires émirati ont eu leur premier face-à-face. Et si le compatriote n’a pas nié le chef d’accusation d’escroquerie pesant sur lui, il a en revanche contesté le montant sur lequel porte l’acte délictuel ainsi que l’implication du ministre Pascal Bodjona dans le dossier».

S’intéressant au même sujet, «Courrier de la République, n° 231 du 25 juillet 2011» titre à la Une : «L’homme d’affaires Emirati Abass Youssef is back : Sale temps pour Agba Bertin et compagnie, pyromanes et pompiers en action dans le dossier. Bodjona et Gbikpi bientôt dans la nasse ?» et indique : «Le patron d’OPS Sécurité est arrêté aux premières minutes de cette affaire de grande arnaque. Le plaignant dans sa détermination n’a jamais cité Bodjona. Agba Bertin est sa cible et il entend faire payer la note à Agba. Ce dernier acceptera d’endosser seul la responsabilité dans ce dossier ? Il a bénéficié de coudées franches pour la mise en branle de sa machine à escroquer. On cite l’insubmersible ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation Pascal Bodjona. Ce dernier est dit avoir joué un rôle clé dans cette affaire. Des spéculations vont bon train sur le ministre. Quand certains le condamnent, d’autres par contre le disculpent et ne le voient pas à la potence. Tout compte fait, ces états d’âmes manifestés de part et d’autre ne sont que des vœux pieux et seule la justice saura trancher et situer les responsabilités».

Parlant du blanchissement de Pascal Bodjona par les deux parties, « Chronique de la de Semaine, no 156 du 28 juillet 2011 » titre en couverture ; « Affaire d’escroquerie de l’Emirati Abass Youssef : Agba Bertin blanchit Pascal Bodjona et Jean-Pierre Gbikpi, Les Avocats exigent une liberté provisoire de leur client » et écrit : « Les Avocats du présumé ont par ailleurs indiqué que leur client ne reconnaît pas l’implication, ni du ministre Pascal Bodjona,ni d’aucune autre personnalité togolaise, dans cette prétendue affaire d’escroquerie. Pour ces Avocats rien ne justifie la détention de leur client en prison étant donné que le plaignant n’a apporté aucune preuve de ses allégations, mis à part la récitation d’une incatation bien apprise par cœur à savoir « M. Agba m’a escroqué, je suis une victime ».

Abordant aussi l’affaire Bertin Agba, «Flambeau des Démocrates, n° 235 du 25 juillet 2011» titre à la Une : «Dossier Bertin Agba, les masques commencent par tomber : Pascal Bodjona, la bête à abattre, blanc comme neige après l’audition de Bertin Agba et de l’Emirati» et note : «Le mensonge, dit-on se lève tôt, mais la vérité finit par le rattraper. Même dans le dossier Bertin Agba qui continue de défrayer la chronique eu égard aux derniers rebondissements, on est presque tenté de soutenir que le mensonge à beau se lever tôt mais que la vérité a fini par le rattraper et est en passe de le dépasser… A la surprise générale, l’Emirati a, au cours de son audition, à en croire des indiscrétions, écarté toute implication du Ministre Pascal Bodjona dans le dossier. Il a déclaré qu’il n’avait rencontré qu’une seule fois dans sa vie Pascal Bodjona et que c’était à l’aéroport de Lomé, alors que le ministre y était pour accueillir le Président Faure Gnassingbé. Les mêmes sources indiquent que le principal accusé dans le dossier à savoir l’homme d’affaires, Bertin Agba, au cours de son audition a persisté et signé que Pascal Bodjona n’est pas impliqué dans ce dossier qui traîne des zones d’ombre et dans lequel à plusieurs niveaux que ce soit à l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) du tristement célèbre tortionnaire Colonel Massina Yotroféi ou à la Gendarmerie Nationale, de lugubres individus en mission commandée ont à maintes reprises tenté de noyer l’actuel détenteur du portefeuille de l’Administration Territoriale».

Des rumeurs font état de ce que des menaces d’élimination physique pèseraient sur un groupe de journalistes considérés comme gênant pour le régime en place. Suite à cette rumeur, la presse a réagi en adressant une correspondance au ministre de la Sécurité et de Protection Civile.

Abordant ce sujet, «Liberté, n° 1015 du 25 juillet 2011» titre en couverture : «Menaces sur la presse privée togolaise : l’ANR indexée dans un projet d’élimination physique d’un groupe de journalistes» et écrit : «Jeudi dernier, certains journalistes dont notre Directeur de Publication ont été alerté d’un complot qui serait en préparation contre eux et invités à être prudents dans les jours suivants. Mais le lendemain, ces rumeurs sont devenues clameurs avec une lettre anonyme qui a été adressée à chacun des journalistes. Est indexé dans ce dessein, le directeur général de l’ANR, le Colonel Massina Yotroféi, critiqué ces deniers temps par les médias pour les traitements inhumains et dégradants que lui et ses hommes infligent à tous ceux qui ont le malheur de passer par cette fameuse agence ». «Le Flambeau des Démocrates, n° 235 du 25 juillet 2011» s’est aussi intéressé à ce sujet en titrant à la Une : «SOS Journaliste en Danger en Conférence de presse : L’ANR de Massina Yotroféi soupçonné de vouloir porter atteinte à l’intégrité physique des Journalistes».

D.M. pour togoportail

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement