pub
Médias

REVUE DE PRESSE

Advertisement

Le rebondissement dans l’affaire Kpatcha Gnassingbé, le procès Etat togolais contre l’ex-premier ministre Eugène Adoboli, la probable dissolution du RPT par Faure Gnassingbé et les implications de l’augmentation du prix du carburant, sont les sujets qui meublent la revue de presse cette semaine.

L’affaire de tentative à la sûreté de l’Etat à la suite de laquelle le demi-frère du président, Kpatcha Gnassingbé et certains de ses amis ont été appréhendés, ne cesse pas de connaître des rebondissements. On continue d’arrêter des gens dont on soupçonne d’être impliqués dans cette affaire.

Abordant ce sujet, «Forum de la semaine, n° 987 du 22 juillet 2011» qui titre à la Une « terrible rebondissement dans l’affaire de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat : le Gal Assani Tidjani mis aux arrêts » écrit : «Le Général Assani Tidjani serait mis aux arrêts. Selon des sources proches de la justice togolaise, l’ancien Ministre de la défense serait gardé dans les locaux de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) où il serait soumis à d’intenses séances interrogatoires sur les responsabilités présumées dans l’affaire de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat… Alors que tout le monde pensait cette affaire tend vers un dénouement heureux avec la libération d’une dizaine de personnes citées dans ce dossier, ce dernier développement vient confirmer et démontrer toute la complexité de ce dossier qui continue par envenimer l’atmosphère politique déjà délétère dans notre pays». S’intéressant au même sujet, «Liberté, n° 1014 du 22 juillet 2011» titre en manchette : «L’ancien ministre de la Défense, le Général Assani Tidjani mis aux arrêts» Révélant que le colonel Rock Gnassingbé est aussi attendu par les juges, il note « Ce qu’on appelle dans le landerneau juridico médiatique togolais « Kpatchagate» connaît de nouveaux rebondissements. L’ancien ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Général Assani Tidjani, aurait été mis aux arrêts après avoir été écouté par les juges à l’Etat-major des FAT».

Les journaux font écho du procès Etat togolais contre L’ex- PM Eugène Adoboli et deux de ses anciens ministres ; Ces derniers sont accusés de détournement de deniers publics.

S’intéressant è ce sujet, « Liberté, n° 1014 du 22 juillet 2011 » qui titre en couverture : « Procès Etat togolais contre Eugène Koffi Adoboli et coaccusés : L’ex- Premier ministre condamné à 5 ans de prison et à cent millions de FCFA d’amende ». Publiant la réaction à chaud de l’accusé selon qui, « C’est plutôt le gouvernement togolais qui me doit de l’argent », le confrère s’interroge si Faure Gnassingbé est désormais décidé à sévir contre les pilleurs de la République, il souligne : «Le procès opposant l’Etat togolais à l’ancien Premier ministre Eugène Koffi Adoboli et coaccusés à connu son épilogue le 21 juillet dernier au Palais de Justice de Lomé, en l’absence des accusés. Malgré cette absence notée de principaux acteurs mis en cause, le dossier à été débattu au fond et des condamnations prononcées contre ces ex-membres du gouvernement togolais en délicatesse avec la Justice. 5 ans de réclusion ont été retenus contre l’ancien Premier ministre Adoboli et 8 ans contre chacun de ses coaccusés. Ces personnes devront en outre verser à l’Etat togolais la somme de 1milliard 300 millions en guise de dommage et intérêts».

Abordant le sujet, « Le Correcteur, n° 270 du 22 juillet 2011 » titre en manchette : « Eugène Adoboli jugé par contumace devant la Cour d’Assises : Une diversion de plus qui confirme la complaisance, l’insincérité et le caractère infécond du régime RPT » et précise : «Est- ce pour faire plaisir à l’ambassadrice des Etats-Unis qui s’est indignée de la fausse promesse de Faure Gnassingbé sur la lutte contre la corruption ou faut-il y voir le commencement de la fin de l’impunité au sein du système ? La comparution, quoique par contumace de l’ancien Premier ministre Eugène Koffi Adoboli devant la Cour d’Assises de Lomé depuis le jeudi 21 juillet paraît sans grande explication ni signification pour les Togolais ».

Situant l’opinion sur le détournement dont Adoboli est accusé, «Chronique de la Semaine, n° 155 du 21 juillet 2011» titre en manchette : «L’ancien Premier ministre Eugène Adoboli devant la Cour d’Assises de Lomé » et relate : «Il est aujourd’hui rattrapé par une affaire qui remonte au temps où il était chef du gouvernement. Il s’agit de la construction des villas luxueuses dans la cité OUA pour accueillir le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement africains en 2000. A l’époque, le gouvernement avait pris des mesures attractives afin d’inciter les opérateurs économiques et des hommes d’affaires à construire des villas luxueuses qui devraient servir d’abord à loger les hôtes de marque avant de revenir à leurs propriétaires. C’est justement dans cette affaire que M. Eugène serait mêlé au détournement de fonds qui s’élèveraient à des centaines de millions. D’autres noms sont également cités parmi lesquels les anciens ministres Issa Samarou et Hope Agboli. Le procès contre l’ancien Premier ministre démontre clairement la volonté du gouvernement de lancer une croisade contre les corrupteurs et les corrompus».

Il raconte que Faure Gnassingbé veut dissoudre le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) sous le coupole duquel il est au pouvoir. Des sources affirment que la démarche est très avancée.

Abordant ce sujet, « Le Potentiel, n° 61 du 19 juillet 2011 » s’interroge : « Création du parti de Faure : Disparition programmée du RPT pour le 30 août ? » et écrit : « Ce qu’il y a quelques années semblait tout simplement impensable est entrain de devenir une réalité. En effet, la dissolution du RPT pour la création d’un nouveau parti sous la houlette de Faure Gnassingbé ne fait plus aucun doute. Une série de rencontres que ce dernier aurait effectuée à Kara avec certaines instances du parti de son défunt père amène à cette conclusion. Selon les indiscrétions, une date serait déjà fixée pour que le nouveau bébé naisse ».

S’étonnant du comportement des barons du RPT face à cette situation, «Temps Nouveau, n° 144 du 21 juillet 2011» titre en manchette : «Création du nouveau parti de Faure : Des barons du RPT affichent une hypocrisie ahurissante » et indique : «Le drame c’est que ces barons font depuis lors montre d’une de ces hypocrisie qui ne dit pas son nom. En effet, ceux-ci se comportent comme de grands espiègles à chaque fois qu’il est question de ce sujet. Devant le chef de l’Etat, chacun d’entre eux se comporte comme de parfaits adhérents dudit projet. Ils disent oui à la naissance du nouveau parti et font même des propositions au Président Faure dans le sens d’une parfaite réussite de cet accouchement. Pourtant une fois sortis de la salle de réunion, ils sont les premiers à tenir des propos contraires en prononçant des énormités sur le sujet. Et l’on se demande ce qu’ils veulent au juste ».

D.M.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement