pub
Education

La crise universitaire sévit, malgré l’annulation de l’exclusion du Président du MEET (en photo)

Advertisement

Les épisodes du feuilleton de la crise universitaire se suivent mais ne se ressemblent pas vraiment. Après avoir longtemps exigé en vain une meilleure application du système LMD, les étudiants manifestants de l’Université de Lomé viennent de rajouter à leur chapelet de revendications, la démission sans délai du président de l’Université, le Prof Ahadji. Malgré l’annulation de la décision de renvoi de l’étudiant Adou Seybou, réinséré dans l’effectif des étudiants, ces derniers ont encore manifesté.
Face au mutisme des autorités du pays qui se contentent de matraquer et de violenter les manifestants, le Mouvement pour l’Epanouissement de l’Etudiant Togolais (MEET) est descendu dans la rue le vendredi 1erjuillet et a tenté de se diriger vers la présidence de la République, avant d’être empêché comme on devrait s’y attendre, par des forces de l’ordre.

Les étudiants de l’Université de Lomé ne décolèrent pas. A quelques jours des examens de fin d’année les étudiants maintiennent leur position et exigent une discussion avec les autorités du pays. la marche de cette matinée a pour mobile de montrer au Président de la République que contrairement à ce que pensent les autorités universitaires, ce n’est pas une minorité d’étudiants qui manifeste; cette marche qui se voulait pacifique a dégénéré sur des heurts et affrontements sur fond de violence entre manifestants et forces de sécurité déployée par le ministre de la Sécurité. ”Je viens de faire un tour de la ville, la situation est désormais maîtrisée” a annoncé le ministre joint par un site web d’informations générales de la place.
Bilan immédiat des heurts de ce matin, une dizaine de blessés dont deux (02) cas graves qui ont essuyé des balles en caoutchou et des gazs lacrymogènes. Il est également à noter et plusieurs cas d’arrestation au rand des étudiants manifestants.

Depuis le début de cette semaine, les responsables ont mené une active campagne de sensibilisation pour inviter les étudiants, les formations politiques, les organisations de défense des droits de l’Homme ainsi que les parents d’étudiants à se mobiliser pour exprimer leur ras-le-bol ce vendredi à 7h 30 devant la colombe de la paix .

De leur côté, les politiques ont pendant le conseil des ministres du mercredi 29 juin abordé la question de la crise universitaire dans les divers. Dans un communiqué sanctionnant les travaux lu à la télévision nationale, le ministre Ahoumey Zounou a expliqué aux togolais que les points de l’ « accord » sont mis en exécution progressivement. Il a mentionné entre autres la situation des étudiants qui sont rattrapés par le LMD, la question de la bourse universitaire et des pré-requis sans vraiment donner plus de précision.

Ces mesures adoptées par les autorités ne changent visiblement rien aux conditions d’étude de la future élite du pays qui durcit plutôt le ton.

A quelques jours des examens de fin d’année, une seule question actuellement sur toute les lèvres : quelle couleur prendra l’année académique en cours? Adou Seybou rassure : « l’année prendra toutes les couleurs sauf le blanc ». On espère très très vivement à travers la reprise des négociations, l’aboutissement d’une solution heureuse à cette crise pour le bien tous.

Il est attendu courant cet après-midi, le déroulement d’une rencontre entre responsables du MEET et membres du gouvernement à la Primature.

La Rédaction

Togoportail, toute l’actualité à temps réel

Advertisement