Advertisement
Société

De la tradition à la séduction

Advertisement

C’est bientôt au Togo, la saison des grandes fêtes traditionnelles avec leur lot d’attractions socio-culturelles. Au cours de ces fêtes, diverses pratiques traditionnelles se déroulent, offrant des éléments spécifiques de la culture locale comme c’est le cas du port des perles à la taille, lors des Evala-Akpéma en pays Kabyè, . Des perles, amas de boules nacrées et colorées enfilées en couches concentriques, sont certes portées dans nos société comme le sont des bijoux ailleurs. Mais, elles sont également mises en évidence dans le cadre d’intimité avec son conjoint. Au cours de ces festivités, elles sortent de ce cadre habituel et sont aguichées sur le corps de jeunes filles presque nues, parfois des filles vierges; les perles deviennent au cours de ces occasions festives, de véritables objet d’admiration et d’intérêt sous les regards curieux. Quelle est l’importance de ces perles dans nos sociétés? Sont-elles incorporées de vertus? Lesquelles? Sont-elles toujours appréciées par les hommes? Pour quelle raison ne suscitent-elles plus le même degré d’intérêt chez toutes les filles? Le sujet est dans cet article qui tente d’apporter des éléments de réponses à ces diverses interrogations.

Si dans plusieurs communautés au Togo, les perles sont portées à taille de nouveaux nés quelque soit leurs sexes, ces files ornées sont finalement enlevées chez les garçons avec le temps. Objet de protection, les perles sont également un instrument puissant de charme et de séduction pour les femmes africaines. Malgré toutes ses vertus, ce bijou tend à disparaitre de la taille des jeunes filles des dernières générations. Incompatibilité aux modes vestimentaires du 21ème siècle, inconfort, ignorance de son utilité, plusieurs raisons justifient l’abandon du port des perles à la taille.

Réservée à l’intimité de la femme, les perles regorgent tout un mystère. Pour les plus âgées loin d’être une simple parure, C’est une identité de la femme africaine. « Une fille qui ne porte pas de perle n’a pas de considération. Elle est sans valeur », nous déclaré Mme Folly, une octogénaire.

Pour d’autres encore les perles permettent à la femme d’avoir une hanche bien dessinée. « Si la forme des femmes africaines est très appréciée c’est à cause de perles qui mettent en valeur leur bassin » nous a confié Déla une jeune maman. Selon elle « les perles sont plus qu’un fétiche. Il suffit que les hommes entendent ses bruits ou le voient pour être séduits».

Les perles attirent elles encore les hommes ?

Pour la plupart des adultes (35 ans et plus) interrogés dans le cadre de la rédaction cet article, la vertu érotique des perles n’est plus à démontrer. « Les perles sont dans une relation sexuelle ce qu’est un apéritif pour un plat » nous a confié Jean Jacques, jeune cadre marié et père de deux enfants. Presque tous s’accordent à reconnaître qu’il y a un plaisir en caressant les perles à la taille de la femme.

Cependant il faut remarquer que les plus jeunes affichent une certaine indifférence en la matière. Cela peut être justifié par le fait que bon nombre d’entre eux n’ont pas eu l’occasion de voir ces perles à la taille de leurs copines. Il est évident qu’ils s’ignorent alors son importance.
D’autres par contre trouvent cette attitude simplement dépassée.

Même si quelques unes sont encore fidèles à la tradition, nombreuses sont les jeunes filles qui éprouvent de plus en plus de difficultés à porter les perles. Les perles les mettraient dans des situations inconfortables. « Mes perles se font voir quand je suis en pantalon. Elles me font gratter le corps quand je transpire et cela m’indispose », a indiqué Méba, une serveuse dans un Bar de la capitale. « Je l’ai porté quand j’étais encore gamine. Mais maintenant je ne le porte plus. Vous ne pouvez pas imaginer combien ça fait mal quand les poils du pubis se retrouvent coincés dans les perles », nous a murmuré Diane en souriant.

Soulignons que même si «les Djonou » comme on les appelle en milieu Ewé, ont sensiblement perdu de leur substance, ces objets existent encore et sont adaptés aux exigences de l’heure. C’est ainsi qu’on peut voir à la taille des jeunes filles en lieu et place des perles en plastique, des chaînes en métal dorées.

Roger ADZAFO pour Togoportail.

 »Togoportail, toute l’information à votre portée »

Advertisement