pub
Justice

Affaire Agba Bertin : Vers une liberté provisoire de l’accusé suite à la confrontation?

Advertisement

Une sordide affaire d’escroquerie qui commence par prendre une tournure la moins attendue, depuis que l’homme d’affaire togolais, Bertin Sow Agba s’est exprimé pour la première fois, le 22 juillet passé, devant le juge d’instruction. C’était en présence de ses avocats que le directeur de la Société OPS, une société très sollicitée de la place pour ses services de surveillance et de gardiennage, a subit une confrontation qui va déterminer la suite de l’affaire. L’information a été donnée hier par le conseil d’avocats qui le défend.

Arrêté depuis le 7 mars 2011 et écroué à la prison civile de Tsévié, Bertin Sow Agba est accusé d’être fortement impliqué dans une affaire d’escroquerie de plusieurs milliards de francs, dont a été victime le richissime homme d’Emirate Abass Youssef.

Au cours d’uns conférence de presse qui a eu pour cadre l’hôtel Eda Oba à Lomé, les avocats ont confirmé les rumeurs qui se distillaient depuis quelques jours au sein de l’opinion.

Une confrontation s’est déroulée devant le juge d’instruction entre les avocats de l’accusé et ceux de la partie plaignante. Selon le collectif des avocats composés de Me Adama Doe-Bruce, Ahlin Komlan avocats à la Cour, anciens bâtonniers, Me Euloge Talboussouma, avocat à la Cour et de Me Yao Dusi du cabinet de Me Attoh-Mensah, l’accusé Bertin Agba ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés.

«Aujourd’hui, les choses sont claires pour tout le monde, Monsieur Agba Sow Bertin ne reconnait pas avoir escroqué M. Abass Youssef ; il s’est expliqué devant le juge d’instruction avec des documents à l’appui, sur la nature des relations liant ses sociétés avec le Groupe PILATUS dont M. Abbas Youssef est propriétaire », ont-ils laissé entendre.

Ils ont par ailleurs indiqué que leur client ne reconnait pas l’implication, ni de M. Jean-Pierre Gbikpi, ancien Ambassadeur du Togo au Ghana, ni du ministre Pascal Bodjona, ni d’aucune autre personnalité togolaise, dans cette prétendue affaire ténébreuse.

Pour les avocats de Bertin Agba, rien ne justifie la détention en prison de leur client, étant donné que le plaignant n’a apporté aucune preuve de ses allégations. Une raison pour eux d’exiger la liberté provisoire de leur client.

Le collectif d’avocats relève par contre que si Agba Bertin a reçu des sommes de la part de son accusateur, c’est dans le cadre des factures de prestations de service qui les lient. Une chose également que le collectif dit ne pas comprendre est que M. Abbas Youssef puisse quitter la France, un Etat de droit, pays où ce dernier circule en toute liberté, pour venir au Togo déposer une plainte contre le Loïk Le Floch-Prigent.

Cette affaire d’escroquerie est loin de se prendre fin et un nouveau feuilleton n’est pas à exclure dans les prochains jours.

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à temps réel

Advertisement