pub
Société

Togo : De nouvelles mesures en faveur des « couches les plus vénérables » pour compenser la hausse des prix de carburants

Advertisement

Suite à l’augmentation de prix de produits pétroliers au Togo, des mesures d’accompagnement ont été prises par le gouvernement togolais. Ainsi il est décidé que les agents de l’Etat et du secteur privé en activité bénéficient d’une allocation mensuelle de 5000 F CFA à partir de ce mois et ce jusqu’à la fin de l’année 2011. De même qu’il y aura exonération de l’impôt sur le Revenu des Transporteurs Routiers. Adoptées en conseil des ministres ce 3 Juin, ces mesures ont été expliquées par le Gouvernement par le biais de son porte-parole Pascal Bodjona, ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales. C’était en présence de ses collègues GNOFAM ministre des transports, BRHOOM Octavio ministre du travail, et AWUMEY-ZUNU ministre du commerce.

En effet, à compter du 4 juin 2011 à 0h, les prix des produits pétroliers au Togo ont été fixés comme suit en FCFA : essence sans plomb, 567 F, pétrole lampant, 467 F, gaz oïl, 599F mélange deux temps, 639 F et gaz butane 12,5 kg, 3675 F ».

Les mesures d’accompagnement prises sont les suivantes:
Pour les agents de l’Etat, la mesure est relative aux catégories B, C ; D, aux agents permanents, aux Hommes de rang des FAT. Ces mesures concernent également les salariés du secteur privé déclarés à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale dont le salaire est inférieur à 35 000 F CFA.

Les retraités ne seront pas des moindres. Les retraités civils et militaires et leurs ayants-droits relevant de la Caisse de Retraités du Togo dont la pension est inférieure à 35 000 F CFA et les retraités relevant de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale dont la pension est inférieure à 35 000 F CFA bénéficieront aussi de cette allocation.

Il faut souligner aussi que les Etudiants des deux Universités auront également à toucher les 5000 F CFA par trimestre. Toujours à propos des Etudiants spécialement ceux de Lomé qui observent des mouvements de protestations contre leur condition d’études, les discussions sont en cours au plus haut sommet de l’Etat, nous apprend pascal Bodjona.

Advertisement