Economie

L’’Etude sur les instruments de garantie et le marché des garanties bancaires dans la zone UEMOA validée

Advertisement

La Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) et l’Agence Française de Développement (AFD) constatent une sous-utilisation du produit “garantie’’ mis à la disposition du secteur. Il est impérieux de pallier à cette insuffisance. « Les Instruments de garantie et le Marché des garanties bancaires dans la zone de l’UEMOA », tel est le thème retenu pour le conclave d’une journée organisée par la BOAD et l’UEMOA à Lomé ce 31 mai pour se pencher sur cette situation.

Il est organisé un colloque dans l’enceinte de la BOAD, dont l’objectif est de répondre à une problématique précise, celle qui consiste à chercher par les voies et moyens à minimiser les risques dans la mise à disposition de concours au secteur privé.

Selon les résultats de l’étude commandée par l’UEMOA et effectuée par deux institutions françaises notamment le HORUS (Développement Finance) et OSEO, les garanties bancaires sont très peu utilisées dans la zone UEMOA. Le manque de rapidité de la décision, l’existence du coût répercuté au bénéficiaire final, le peu de confiance dans les mécanismes de garantie et l’insuffisante information des produits existants tant au niveau des utilisateurs qu’au niveau des banques, sont les éléments qui expliquent la sous-utilisation de la garantie.

Ainsi, il ressort des échanges des travaux du séminaire ayant abouti à la validation de ladite étude, la nécessité de concilier les approches nationales et régionales, qui ont chacune des forces et faiblesses.

Les participants au séminaire souhaitent la diversité des produits et encouragent la poursuite des initiatives de mécanismes assurance-récolte en intégrant toutes les parties prenantes, la mise en application des initiatives de garanties hypothécaires et de cautions mutuelles.

Le besoin d’assistance technique a été relevé également comme la base du développement futur des outils de garantie et pour lesquels des financements spécifiques devront être trouvés. Le directeur de l’AFD-Togo, Philippe Collignon était également présent à cette rencontre.

C’est le président de la BOAD, Christian Adovèlande qui a ouvert les travaux de ce séminaire.

Ce colloque a vu la participation des représentants d’institutions régionales financières et des cadres importants du secteur privé de la sous-région.

Firmin TEKO-AGBO pour Togoportail

 » Togoportail, toute l’actualité en temps réel  »

Advertisement