pub
Enquêtes & Interviews

A la rencontre de Gisèle Victoria Magbo, dans l’oeuvre de ”LA LOMENARDE”

Advertisement

La diaspora togolaise se mobilise pour apporter leur pierre pour la construction du Togo. C’est dans cette synergie que Gisèle Victoria Magbo a accepté nous livrer les ambitions qu’elle nourrit pour revaloriser la femme togolaise avec le concept LA LOMENARDE.
Lisez plutôt.

Depuis quand êtes-vous hors du Togo?

Ca fait plus de 7ans que je vis hors du Togo.

Dans quelle circonstance êtes-vous partie?

J’étais partagée entre le dépit et la joie. Et je me consolais en me disant que mieux vaut un pays bien frétillant qu’un continent inconstant.

Comment faites-vous pour avoir des nouvelles fraîches du pays?

Par le net, les proches que je téléphone chaque jour, chacun à son tour. Heureusement que la technologie évolue. De nos jours, si je devrais attendre depuis l’Europe que mon oncle finisse de lire la rubrique sport de son journal favori, avant que je ne lise ce qui se passe à Lomé, j’aurai eu tout le mal de la terre avant de sentir l’odeur de toutes nouvelles qu’elles soient politiques, artistiques, dramatiques fantastiques…

Quel genre de nouvelles venant du Togo vous agace-t-il?

La seule nouvelle qui ne m’agace pas, c’est celle d’un nouveau né. Elle, plutôt, me donne de l’espoir ! Les années passent mais les mêmes thèmes restent, toujours d’actualité, à se demander si notre société un jour troquera ses valeurs pour d’autres plus évoluées.

Que comptez-vous faire, à votre niveau, pour contribuer à l’essor du Togo en tant que togolaise vivant à l’extérieure ?

C’est ce que je suis entrain de faire. Regrouper les femmes togolaises pour faire briller le Togo économiquement en premier lieu. Quand j’ai commencé par aider les femmes des champs et leurs enfants, je me suis dis après une année, qu’il va falloir leur dire que l’aide c’est eux. C’est-à-dire qu’ils doivent m’aider à pouvoir les aider. Vous savez, la providence est en nous ! Et non dans les cieux ! Avec mes économies, je compte semer pour toutes les femmes du Togo, un blé d’or. Ce blé d’or bientôt germera dans toutes les régions du Togo par la grâce de Dieu.

Quel regard les occidentaux jettent-ils sur la Togolaise que vous êtes?

Les occidentaux ? Non, je ne dirai pas ‘’les occidentaux’’ car pour eux encore aujourd’hui UN AFRICAIN n’est rien. Mais les beaux regards qui m’ont pousser à croire en moi, moi l’enfant du Togo, sont ceux de mes professeurs et ceux de mes chefs. Je me souviendrai toujours du jour où, mes patronnes parlaient de moi dans le bureau du grand chef: « Gisèle apprend vite. » disait Katty Van Belleghem. Et Nicole Delacour renchérissait : « Elle est très dynamique. Je suis très fière d’elle. C’est pas comme les autres qu’on avait eu, ces étrangers qui n’avaient pu tenir. plus d’un trimestre, elle est forte la togolaise ». . Dans mon bureau à côté, en les écoutant parler de moi, moi la Togolaise, la seule africaine parmi ces conseillers juridiques, j’ai pensé à mon père, à ma mère, à mon Togo! Depuis j’ai la rage quand on me demande le pourquoi je ne me présente pas comme une Belge. C’est dans la Togolaise qu’on voit ma lumière et non la Belge.

Sûrement que vous rencontrez très souvent des Togolais de la Diaspora; qu’est-ce que vous vous dites à propos de vous-même et du pays?

J’en rencontre très peu. Et malheureusement je ne me sens jamais heureuse après avoir croisé un togolais. Ce qui m’énerve quand je rencontre un sang de ma nation, ce qu’il pense est ce que je n’aime pas. Et ce que je pense faire c’est ce qui le fait fuir. Quand je crie que je vais reconstruire le Togo avec ou sans les leaders, ils me rient au nez. C’est déplorable. Il fut un temps j’ai préféré ne plus croiser les gens qui se plaignent à longueur de journée, sans se lever pour faire, eux-mêmes, quelque chose de positive qui estompera ce qui les faire gémir.

Vous initiez le projet du magazine en ligne « LA LOMENARDE ». D’où vous vient ce concept ?

Vous savez la mise en ligne du concept de la Loménarde a été une évidence pour moi lorsque j’ai vu à la télé l’image d’une femme togolaise ensanglantée par terre lors des dernières élections présidentielles. Je peux vous avouer que cela qui m’a tenue éveillée des nuits entières.

J’ai pensé alors à la réalisation de ce site internet qui aura pour but d’ouvrir un espace à la femme Togolaise de prendre son destin en mains. D’être enfin visible dans ce monde machiste avec ses dérives. Qu’elle puisse venir s’exprimer, réfléchir, donner des conseils, mieux se comprendre, et se lever ensembles quand la situation le demande en réclamant ses droits. Faire de la femme togolaise une Loménarde. Cette femme, battante, ambitieuse, courageuse, qui reste infiniment la sève de la vie de tous les togolais ; porteuse de la réussite de la vie, du foyer, de la Nation Togolaise. Cette Femme Indomptable qui a pour armes : l’Amour, le Pardon, la Vérité, la Foi, l’Humilité, ces choses indispensables dont l’être humain à besoin pour conquérir la terre et construire le monde. Ce site sera aussi édité en un Magazine pour femmes pour permettre à celles qui n’ont pas accès à internet de pouvoir bénéficier de toutes ces belles choses qui seront sur le site.

Quels objectifs visés-vous en créant un magazine spécialisé pour les femmes ?

Si je ne me trompe pas, nous savons qu’aujourd’hui au Togo, moins de 5% de la population a accès à internet. Donc vouloir créer un magazine en parallèle au site internet (et pourquoi pas une émission radio, télé) a pour but de toucher plus de femmes possibles. La femme togolaise a besoin de son magazine qui ne parlera que d’elle. Elle trouvera des conseils de spécialistes sur des sujets divers, des choses qui marchent, des affaires à faire, à entreprendre….Sur les projets en cours, les actions à mener ensemble. Des histoires racontées par d’autres, et des leçons à en tirer. Nous pensons que c’est une très bonne chose. Déjà notre dernier article sur l’éducation du jeune enfant à suscité un vif intérêt auprès des gens. Dieu aidant nous ferons de belles choses.

En vous entendant, vous êtes très engagée pour les femmes. Avez-vous des soutiens ?

Mon soutien c’est la Sainte Vierge Marie. Elle a su donner sur terre ce qu’elle avait de plus précis : Le Messie. Nous n’aurons plus jamais un autre Messie, mais nous pouvons nous femmes du monde créer ce qui peut sauver le monde actuel qui s’écroule. Ensuite, il ya le sourire de ma mère, cette femme indomptable des champs qui laboure jour et nuit mes terres. Quand je la vois prendre la houe, je pleure de joie. La force qui me prend de terre quand je regarde les femmes togolaises qui trainent dans la misère ; et ceux de quelques amis proches, endurcit mon abnégation! Les autres soutiens viendront de Dieu. J’y crois fermement !

Aujourd’hui le défi de l’émancipation de la femme est plus que d’actualité dans tous les pays africains. Quelle sera la méthode de « LA LOMENARDE » pour qu’elle soit une innovation ?

Dans l’action, l’atteinte des objectifs définis dès le départ. Par nos résultats visibles. Le but de la Loménarde n’est pas de faire un séminaire et de dégager des directives à soumettre à un quelconque gouvernement. Nous avons déjà nos objectifs, nous savons comment les mettre en pratique. Maintenant nous allons rentrés dans la phase de l’action, et ca se verra.

La vie pour des milliers de femmes togolaise est pénible et pleine de corvées ingrates, alors qu’elles possèdent des valeurs et manières de faire qui seront plus que bénéfiques dans tous les aspects de la vie, ainsi que dans les entreprises et organisations. Elles n’ont pas toujours conscience de leur valeur et de leur rôle dans le développement du pays. La femme possède naturellement une certaine autorité sans forcément avoir le pouvoir au sein de la famille. La preuve c’est à elle que revient la tache de l’éducation du jeune enfant. Nous allons valoriser le travail de la femme en l’aidant à renforcer ses capacités. Ce renforcement se fera grâce à d’autres femmes au travers de diverses activités, de publications d’articles qui seront des campagnes de sensibilisations, utiliser s’il le faut des radios locales pour celles qui n’ont pas eu la chance d’apprendre à lire et surtout se déplacer et aller les voir ; leur parler pour qu’elles sachent que nous allons former une force pour le bien du Togo.

Avez-vous une stratégie de suivi de l’effectivité du projet ? Autrement comment saurez-vous que votre initiative a d’impact sur les femmes ?

Vous savez, au Togo il existe des exemples de femmes d’affaires notamment dans les secteurs informels. Ces femmes réussissent à mener des activités louables et durables. Malheureusement ce sont souvent des cas individuels. Il faut que nous arrivions à nous regrouper, par domaine d’activités et entreprendre ensemble. Ces activités finiront par être complémentaires, nous serons dans toutes les couches sociales possibles, rurales et urbaines. Je pense qu’il manque au Togo une synergie qui devrait faciliter ce regroupement. D’où la conception du site qui est la première démarche. Nous allons créer une dynamique chez toutes les femmes désireuses d’entreprendre et pousser celles qui pensaient qu’elles n’y arriveront jamais à réfléchir autrement. Nous n’aurons pas besoin d’un analyste, nos résultats parleront d’eux-mêmes.

Avec la misère ambiante, les Togolaises se donnent à des activités très peu orthodoxes pour subvenir à leur besoin. Que comptez-vous faire concrètement pour sortir ces femmes de cette situation ?

Je ne vois pas trop de quoi vous parlez, mais je vais quand même répondre sur la misère ambiante, en disant que la misère n’est pas une fatalité. Dire qu’elle est facile à vaincre serait un mensonge. Croire qu’on n’y peut rien, c’est s’interdire d’essayer quoi que ce soit. Mais quand on a les conditions nécessaires pour surmonter cette misère, on peut améliorer nos conditions de vie, dans le respect de la loi, contribuer au développement de la société. Donc avec le concept de la Loménarde, je pense que je n’aurai rien à faire pour elles, mais c’est elles-mêmes qui prendront leur destin en mains et deviendront DES ÂMES VAILLANTES DU TOGO qui ont pour Capitale, Le Capital.

Des mots à l’endroit des femmes togolaises ?

Mes chères sœurs, mères, tantes, regroupons-nous et montrons au monde que la femme togolaise est une femme intelligente, indépendante, entreprenante, libre dans son cœur et dans sa tête. Ensemble, valorisons nos diversités et développons un leadership efficace.

Interview réalisée par Emmanuel ATCHA

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement