pub
Politique

Les vraies raisons de la démission de André Johnson de l’ANC

Advertisement

Quelles sont les raisons qui ont poussé André JONHSON de l’ANC a faire défection de son ex-parti? Un confrère du Journal Chronique de la Semaine a fouiné pour savoir les vraies raisons de ce départ.

Aussi inimaginable que cela puisse paraitre, l’homme qui se présente comme un chantre de la démocratie est un pire dictateur. Il n’aime pas les débats contradictoires et ce qu’il pense ou ce qu’il dit doit être exécuté.

L’essentiel, c’est qu’il soit en accord avec son idéologue, le vieux Têté Godwin, un véritable transhumant qui, de la CDPA à l’ANC en passant par la CDPA-BT et l’UFC, se passe pour une tête pensante. Tout est parti d’une réunion du bureau politique du parti sur la question de la participation ou non de l’ANC au dialogue inclusif proposé par le chef de l’Etat.

Au cours de cette réunion, Lawson Blaise, secrétaire national aux Droits de l’Homme et à l’action Humanitaire de l’ANC a souligné la nécessité pour leur parti de prendre part à ce dialogue. L’idéologue du parti, l’ancien communiste Godwin Têté, très furieux d’entendre une telle proposition, traita Lawson de raisonner comme s’il était issu du clan Gnassingbé. Cette réaction n’était pas du goût d’André Johnson qui a estimé que la position de Lawson n’était pas aussi scandaleuse pour qu’il soit traité ainsi. Selon lui, aller au dialogue n’est pas une mauvaise chose en soi et il faudrait y réfléchir.

A ces mots, le gourou de l’ANC, Jean-Pierre Fabre, rougit en jetant l’anathème sur André Johnson. Jean-Pierre Fabre ne veut pas entendre parler d’un quelconque dialogue. Pour lui, ce sont seulement les marches, rien que les marches de samedi qui permettront à l’ANC de prendre le pouvoir. Quiconque s’oppose à la stratégie de la marche hebdomadaire est un traitre, sinon un vendu.

Voilà comment Jean-Pierre Fabre et son idéologue, le vieux Têté Godwin, pensent conquérir le pouvoir. Au regard d’une telle stratégie, tout intellectuel sérieux ne peut que claquer la porte à ceux pour qui la stratégie de conquête du pouvoir se résume à des marches redondantes et sans impact.

André Johnson a vu juste en quittant ce parti bizarre dont les responsables sont peu féconds et n’ont aucun programme à proposer au peuple.

Dominique ALIZIOU

Advertisement