pub
Economie

Le sommet de l’UEMOA à Lomé: Un nouveau cap pour une nouvelle donne

Advertisement

Lomé accueille depuis ce matin le sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA). L’annonce a été officiellement faite hier par le président de la Commission de l’Union Soumaïla Cissé. “C’est une rencontre importante qui s’ouvre à Lomé ce 30 mai, au regard des décisions majeures qui vont réorienter la suite de fonctionnement de l’Union ainsi que certains de ses organes institutionnels (allusion faite à la BCEAO) ’’ s’est confié le Commissaire à la presse.

Evidemment, la Côte d’Ivoire sera au centre des travaux qui meubleront les activités du présent sommet extraordinaire. Suite à la crise meurtrière post-électorale qui a secoué la Côte d’Ivoire marquée par des violences et des affres de la guerre, le Pays de l’or blanc est entrain de revenir progressivement à une situation de normalisation. Il est convenu au sein de l’Union qu’il soit accompagné et de nouveau intégré dans le concert des nations, surtout celles de la sous région.

Rappelons que des sanctions, dont celles de l’UEMOA, ont été infligées à la Côte d’Ivoire sous Laurent GBAGBO suite à son refus catégorique de céder le pouvoir à son rival Alassane Dramane OUATTARA reconnu comme le gagnant des dernières élections présidentielles du Pays à l’automne dernier.

C’est ainsi que ce sommet verra la nomination d’un nouveau gouverneur à la tête de la BCEAO suite à la démission en janvier dernier de Dacoury-TABLEY, le précédent gouverneur de l’institution financière sous régionale.
Il est très attendu que le nouveau successeur ne soit autre que l’Ivoirien Koné Tiémoko Meyliet, celui-ci étant jusqu’à présent le seul candidat officiellement annoncé.

L’un des questions prioritaires sur lesquelles se penchera le sommet sera sans nul doute celle de la situation en Côte d’Ivoire; les conséquences de cette crise sur l’économie, sur le marché sous régional, les finances, le système bancaire et sur l’inflation, étant réelles, il faut adopter rapidement des mesures appropriées et prendre des mesures de haut niveau pour recadrer et normaliser les choses “, a annoncé M. Soumaïla Cissé, le président de la Commission de l’UEMOA.

D’autres questions composant divers domaines d’intervention de l’UEMOA, ont fait également l’objet d’échanges entre la délégation de l’Union et la presse. Ainsi les problèmes de l’interconnectivité, des échanges commerciaux et tarifs douaniers, ceux des grands travaux d’aménagement des infrastructures routières, de l’éducation, de la santé, de l’environnement, des problèmes sécuritaires et de la crise énergétique au sein de l’Union ont été effleurés lors de la Conférence de presse. Ces questions font l’objet de plus amples discussions lors du présent sommet qui prend fin ce soir.

Le successeur du président de la Commission de l’UEMOA Soumaïla Cissé, en fin de mandat sera également connu au terme du sommet. Les commissaires de l’Union seront aussi renouvelés.
A ce poste du président de la Commission de l’UEMOA, le sénégalais El Hadj Abdou Sakho, le Bissau-Guinéen Paolo Gomes, ancien administrateur de la Banque mondiale et le Nigérien Malam Annou, ancien ministre nigérien des Finances sont les plus cités.

Soulignons que l’UEMOA est actuellement présidée par le Chef de l’Etat togolais Faure Essozimna GNASSINGBE , hôte de plusieurs de ses compères de la sous-région qui prennent part au sommet de Lomé. Il s’agit de Thomas Boni Yayi (Bénin), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Malam Bacai Sanhá (Guinée Bissau), Amadou Toumani Touré (Mali), Hamadou Issoufou (Niger) et Abdoulaye Wade (Sénégal). Pour l’ensemble, il est à judicieux pour l’Union sous-régionale de restructurer les composantes de l’organisation conformément à la nouvelle donne.

Advertisement