pub
Politique

Fin du colloque Paxafricana autour de l’intégration africaine

Advertisement

Démarré le 17 mai dernier et axé sur le thème : «L’intégration comme facteur de la renaissance africaine» , le colloque Paxafricana (Forum Panafricain pour la paix et le développement) est arrivé à son terme ce 19 mai

.

Les anciens Chefs d’Etat et de gouvernement africains et autres constatent avec « regret » que la Déclaration de Monrovia des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OUA n’ont pas permis de réaliser l’intégration économique et politique du continent. Un constat qui mettait fin à la rencontre de Paxafricana qui s’est déroulée du 17 au 19 Mai 2011 à Lomé, la capitale togolaise.

Les anciennes personnalités politiques africaines estiment qu’il est aujourd’hui apparu que le manque d’engagement politique conséquent pour conduire à un abandon minimal de souveraineté des Etats au profit des Communautés Economiques Régionales n’a pu favoriser la constitution d’un noyau fédérateur et d’un pôle unique de décision qui aurait permis à l’Afrique d’assumer son destin. Il est souligné en outre, que la multiplicité des institutions sous régionales qui se chevauchent constitue une entrave à l’intégration. Plus de 50 ans après, l’accession de ses Etats à la souveraineté internationale, l’Afrique demeure le continent le moins stable politiquement et le moins développé politiquement.

Ainsi, pour pallier à tout cela, la Fondation Paxafricana et tout l’ensemble des participants à la rencontre de Lomé, exhortent les Etats africains à prendre des dispositions nécessaires pour assurer la vulgarisation du concept de panafricanisme et de l’intégration africaine.

Ils invitent les Etats à mettre en place un observatoire de la libre circulation des personnes et des biens. Elles exhortent enfin les Etats membres des Communautés Economiques Régionales à faire mettre en place un comité d’experts de haut niveau pour mener une étude approfondie sur la question de la fédération et de la confédération.

Une manière pour l’Africain selon les anciens Chefs d’Etat et de Gouvernement de prendre une revanche sur l’histoire en se repositionnant dans une stratégie de rupture afin de relever le défi du développement.

Ajoutons que la rencontre de Lomé a vu la participation vu la participation d’éminentes personnalités parmi lesquelles les anciens chefs d’Etats d’Afrique du Sud (Thabo Mbeki), du Nigéria (Olusegun Obasanjo), du Ghana (John Jerry Rawlings), M. Béhir Ben Yamed, fondateur de « Jeune Afrique L’Intelligent », les anciens Premiers ministres de la Côte d’Ivoire et du Sénégal ainsi que plusieurs autres personnalités et invités.

C’est le chef de l’Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé qui a procédé à l’ouverture des travaux de ce colloque de 2 jours.

Paxafricana est une initiative de l’ancien Premier ministre togolais, Edem Kodjo président et fondateur de l’Institution.

Advertisement