pub
Société

20 élèves, 12 femmes et 01 bébé de deux mois disparus. Le Premier Ministre très attristé

Advertisement

Le village d’Agbodankpopé est fortement dévasté par le naufrage sur le Lac Togo. En réalité, c’est une surcharge et la panique à bord qui ont conduit au tragique naufrage ayant tué 36 personnes toutes originaires du même village. La pirogue à l’origine du naufrage a été achetée tout récemment au Ghana. En aluminium et motorisé, elle devrait normalement transporter 26 personnes. Mais sur le Lac Togo, et comme partout ailleurs au Togo, les transporteurs ne respectent jamais les normes de sécurité

20 élèves, 12 femmes et 01 bébé de deux mois disparus. Le Premier Ministre très attristé
» Cliquez la photo pour l’agrandir
56 personnes se trouvaient à bord de l’embarcation ce dimanche soir, la majorité constituée d’élèves et de femmes.

«Nous sommes arrivés au milieu du Lac quand un vent fort a commencé à souffler et à envoyer l’eau sur les passagers. Normalement, il n’y avait pas de danger. Nous, les hommes, sommes descendus dans l’eau pour aider la pirogue. Mais les femmes ont pris peur et ont commencé à faire des mouvements déraisonnés. La pirogue a chaviré. Moi-même qui vous parle, j’ai perdu ma femme et mon fils dans le naufrage », raconte un homme âgé d’une trentaine d’années à une journaliste de la télévision nationale.

Vingt élèves, plusieurs femmes, dont une femme enceinte de 6 mois, ont disparu dans le naufrage. Les passagers revenaient des funérailles et les élèves feraient partie d’une compagnie de musique traditionnelle. Une femme âgée d’une soixantaine d’années a perdu à elle seule 12 personnes dans le drame. Et ces descendants lui laissent un bébé de 6 mois sur le bras. Un autre homme a perdu sa femme.

Le premier ministre Gilbert Houngbo et quelques membres du gouvernement étaient présents à la morgue d’Aného où les corps étaient exposés par terre. Peut-être déjà en putréfaction, les membres du gouvernement portaient des cache-nez

Advertisement

Publier un commentaire